Remontée des salaires aux États-Unis ? Tout est relatif...

International par Evelyne Salamero

« Wal-Mart in Madison Heights » par Ben SchuminTravail personnel (Ben Schumin). Sous licence CC BY-SA 2.5 via Wikimedia Commons.

Après Ikea, Gap, Starbucks ou la compagnie d’assurances Aetna, c’est au tour de la chaîne de distribution Walmart, le plus important employeur privé aux États-Unis, d’augmenter les salaires. Un mouvement d’ensemble à la hausse se dessine, qu’il faut toutefois relativiser. Avec 38 % d’augmentation, les 500 000 salariés de Walmart augmentés (sur un total de 1,3 million) ne gagneront pas plus de 10 dollars l’heure (8,8 euros). Compte tenu de l’inflation, les salaires américains stagnent à leur niveau des années 70 et le salaire minimum fédéral plafonne à 7,25 dollars l’heure depuis huit ans. 

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Une course à la compétitivité bien cher payée

International par Pascal Pavageau, Secteur Économique, Secteur Europe - International

Parmi les enjeux négociés dans le projet de TTIP, deux d’entre eux sont particulièrement polémiques : la soi-disante convergence réglementaire entre les normes européennes et américaines et l’instauration d’une clause d’arbitrage (ISDS) censée juger tout conflit entre une entreprise privé américaine ou européenne et les États signataires du TTIP.

Intelligence artificielle : la France veut enrayer la fuite des chercheurs

Nouvelles technologies par Clarisse Josselin

Emmanuel Macron a dévoilé le 29 mars son plan pour que la France devienne l’un des leaders en matière d’intelligence artificielle. Il a annoncé un investissement de 1.5 milliard d’euros. S’il souhaite attirer et garder en France les meilleurs chercheurs, il refuse en revanche de doubler leur salaire, comme le préconise le rapport de Cédric Villani.