Renégociation des minima dans la branche de la Récupération

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

Aujourd’hui s’est tenue, à la demande de FO et dans le cadre du dérapage de l’inflation, une réunion de renégociation de la grille des salaires minima de la branche de la Récupération.

En préambule de la réunion, une explication sur la situation économique de la branche a été apportée par la délégation patronale, avec l’annonce d’une bonne année 2021 et d’une hausse du chiffre d’affaires. Mais cette situation n’a pas perduré au 1er semestre 2022 sur l’ensemble de la filière en raison de l’augmentation des prix de l’énergie, de la hausse des prix de vente des matériaux, ainsi que de la situation géopolitique.

C’est dans ce contexte que FO Métaux a revendiqué un rattrapage de 4,5 % sur l’ensemble de la grille pour 2022, qui amènerait le 1er niveau de la grille à 1 699 €, avec une application au 1er novembre 2022, ce qui correspond à une augmentation de 7 % depuis le 1er janvier 2022.

Après une suspension de séance, la délégation patronale a accepté notre revendication.

FO Métaux sera signataire de cet accord qui, dans un contexte difficile de forte inflation, augmente le pouvoir d’achat des salariés. En outre, une nouvelle réunion de négociation est d’ores et déjà prévue en janvier 2023.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Lutter contre la pauvreté et les bas salaires

Communiqué de FO par Yves Veyrier, Nathalie Homand, Secrétaire général de Force Ouvrière, Secteur Economie et Fiscalité

L’accélération de l’inflation portée notamment par la hausse des prix de l’énergie et des produits alimentaires met particulièrement en difficulté les salariés à bas salaires, en situation de précarité et accentue les difficultés des ménages les plus modestes qui ont déjà subi, pour bon nombre d’entre eux, des pertes de revenus engendrées par la crise sanitaire.

Stop à la baisse du pouvoir d’achat !

Fédération FO Transports par Transports et logistique

Notre pays, après avoir traversé une crise sanitaire où les salariés-es des transports ont répondu présents, entre dans une crise économique sans précédent avec une inflation qui devrait approcher les 10% d’ici la fin de l’année. Crise économique dont, comme en 2008, les salariés-es ne sont en rien responsables !