Renégociation Unedic : syndicats et patronat reprennent contact

Assurance-chômage par Clarisse Josselin

La première réunion depuis l’échec des négociations sur l’assurance-chômage se tient le 6 décembre au siège du Medef. Le patronat a proposé aux syndicats d’établir un diagnostic préalable à la reprise des discussions. FO va présenter sa propre liste d’experts et discuter de la méthode de négociation.

« C’est une reprise de contact, pas une reprise des négociations », précise Michel Beaugas, secrétaire confédéral FO chargé de l’emploi. Le 6 décembre à 15 heures, les organisations syndicales et patronales se retrouvent au siège du Medef, sur invitation de ce dernier, pour une réunion de « diagnostic » sur l’assurance-chômage. La renégociation de la convention Unedic avait échoué en juin dernier, le Medef refusant toute surtaxation des contrats courts.

Dans un courrier daté du 24 octobre, le président du Medef Pierre Gattaz avait proposé aux organisations syndicales, en préalable à une réouverture des négociations, d’établir un diagnostic sur l’évolution du monde du travail. Il suggérait d’auditionner pour cela des économistes ou France Stratégies, organisme de réflexion rattaché au Premier ministre. La réunion du 6 décembre servira à fixer un calendrier et lister les organismes qui pourraient être auditionnés pour démarrer ce diagnostic.

« Le diagnostic a déjà été fait il y a six mois, on peut se demander si le Medef ne cherche pas à gagner du temps jusqu’à la présidentielle, réagit Michel Beaugas. Nous allons proposer une liste avec nos propres experts. Pour nous, les experts c’est l’Unedic et éventuellement la Dares, mais pas France Stratégies. »

Le Medef propose l’examen de six thèmes

Depuis, le Medef a affiné ses propositions. Il suggère un calendrier de sept séances avec l’examen de six thèmes, comme « nouvelles formes d’emploi et protection sociale » ou « trajectoires professionnelles et les évolutions des recours aux contrats courts ». Des organismes ou personnes ayant travaillé sur le sujet seraient auditionnés.

La délégation FO compte par ailleurs reparler de la méthode des négociations, afin qu’elles ne se déroulent plus au siège du Medef, ni sous la présidence du patronat. Sous l’impulsion de FO, un groupe de travail politique chargé de préciser les règles de la négociation nationale interprofessionnelle s’était réuni en juillet 2015. Mais depuis, les discussions sont restées en suspens.

Reste ensuite à voir quand pourraient se rouvrir les négociations sur l’assurance-chômage. « Le timing n’est pas bon, reconnaît Michel Beaugas. Le risque de négocier avant la présidentielle, c’est que tous les candidats fassent des propositions sur l’assurance-chômage, on ira à l’échec. » Dans l’attente d’un prochain accord, la convention Unedic signée en 2014 a été prorogée par décret, pour assurer l’indemnisation des demandeurs d’emploi.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Négociation Assurance chômage : Un Medef radicalisé

Communiqué de FO par Michel Beaugas

En réaction à l’échec de la négociation Assurance chômage qui devait fixer les paramètres d’indemnisation de plus de 2,5 millions de personnes, FO regrette qu’aucun accord n’ait pu être trouvé.
Le Medef porte une lourde, voire l’entière responsabilité dans cet échec qui met également en (...)

Une valse à deux temps qui offre du temps (et de l’argent) au gouvernement

Assurance chômage par Nadia Djabali

Plus qu’un gain de pouvoir d’achat, l’opération augmentation de la CSG contre baisse des cotisations salariales modifie le modèle de l’Assurance chômage, dont l’évolution sera prochainement débattue. Organisations syndicales et patronales qui siègent à l’Unédic entendent bien être force de proposition dans les discussions qui s’ouvriront cet automne.

Assurance chômage : le gouvernement piétine le droit des cadres à une juste protection

Toute l’actualité par Nouvel auteur, Union des Cadres et Ingénieurs

Fidèle au dogme de la dé-protection et de l’injustice sociale, le gouvernement a fait le choix de durcir les conditions d’accès aux allocations chômage de l’ensemble des salariés. C’est ainsi que le premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ont exposé ce mardi matin les principales mesures de la nouvelle réforme de l’assurance-chômage. Et les cadres ne sont pas en reste. Au chômage, ils verront leur indemnisation réduite de 30% à partir du septième mois dès lors que leur salaire est supérieur à 4 500 euros bruts.