Réorganisation : avis de tempête sur les CPAM

Protection Sociale par Françoise Lambert

Il inquiète fortement les représentants du personnel FO au sein de l’Assurance maladie. Un vaste chantier de réorganisation des caisses, baptisé TRAM (Travail en réseau de l’Assurance maladie) est en cours. L’employeur « Assurance maladie » n’a pas attendu les énièmes exhortations de la Cour des comptes sur la nécessité d’économiser sur la gestion du personnel pour mettre en œuvre le TRAM. Issu de la Convention d’objectif et de gestion (COG) signée entre l’État et la Caisse nationale d’Assurance maladie pour 2014-2017, mais dépassant ce cadre contractuel, le projet prévoit la mutualisation, c’est-à-dire le regroupement d’activités, au niveau national et au niveau local. En Île-de-France, la gestion de la paie des agents des huit Caisses primaires d’Assurance maladie, ou CPAM, organismes départementaux, sera confiée aux CPAM de Créteil et Versailles, tandis que celle des salariés du contrôle médical sera « délocalisée » à Bordeaux. À terme, il s’agit de créer des « pôles » nationaux ou régionaux par activité, déconnectés de leur actuel ancrage départemental. De nombreux domaines seront concernés, des rentes d’accidents du travail jusqu’au traitement des feuilles de soins.

Des conséquences dramatiques

« TRAM bouleverse totalement l’architecture de la Sécu et le service aux assurés sociaux, avec des conséquences qui pourraient être dramatiques pour le personnel et les usagers, dont la disparition de la proximité », indique Laurent Weber, de la section FO des Organismes sociaux.

Pour FO, seul le maintien entier de structures départementales est à même d’assurer un service de qualité aux assurés. 

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Sécurité sociale : Convention de sur-objectifs et de sous-moyens

Communiqué de FO par Jocelyne Marmande

L’Assurance maladie en France est soumise au respect d’une Convention d’Objectifs et de Gestion (COG) passée tous les 5 ans avec l’État. Depuis plusieurs années, elles permettent notamment d’imposer réductions de personnels, de budgets de fonctionnement et d’action sanitaire et sociale.

Comptes de la Sécu : un trop violent effort demandé en 2015

Événement par Clarisse Josselin

Le retour à l’équilibre des comptes de la Sécurité sociale est repoussé à 2019 au lieu de 2017, au mieux. Ce plan prévoit de réduire le déficit cumulé du régime général et du fonds de solidarité vieillesse de 15,4 milliards d’euros, attendus cette année, à 13,4 milliards d’euros l’an prochain. FO a émis un avis défavorable au sein des instances de l’Assurance maladie et des allocations familiales.