Représentativité : FO se renforce dans les ARS

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

© Ian HANNING/REA

Les élections professionnelles dans les Agences régionales de santé (ARS) se sont déroulées fin novembre. Du côté du personnel sous convention collective (droit privé), FO finit deuxième, avec près de 30% des voix. Pour les agents de droit public, FO arrive en tête dans quatre régions et gagne la troisième place en nombre de sièges.

Les élections professionnelles dans les dix-huit Agences régionales de santé (ARS) se sont déroulées du 20 au 26 novembre 2020 par vote électronique. L’objectif était d’élire les comités d’agence et des conditions de travail (CACT), nouvelle instance unique qui remplace, dans chaque ARS, les comités d’agence (CA), les CHSCT et les DP.

Les ARS, établissements publics créés en 2010, sont chargées de définir et de mettre en œuvre la politique de santé en région. Le syndicat national des personnels des affaires sanitaires et sociales SNPASS-FO défend les intérêts des fonctionnaires et des contractuels de droit public, qui représentent 80% des effectifs. Les salariés de droit privé – les 20% restants – essentiellement issus de l’Assurance maladie, sont représentés par le SNFOCOS (cadres) et la FEC-FO (employés).

Dans le premier collège - fonctionnaires et contractuels de droit public - le SNPASS-FO remporte 19.95% des voix et gagne une place pour devenir la troisième organisation syndicale en nombre de sièges, derrière l’Unsa et la CFDT.

On arrive en tête dans des endroits où FO n’existait pas auparavant. On a gagné 2,11 points au niveau national et on est passés devant la CGT en termes de sièges, pour nous c’est énormissime, se félicite Juan Navarro, secrétaire général du SNPASS-FO.

FO a gagné 6 points en 10 ans dans le public

Le syndicat décroche la première place dans quatre ARS : en Guyane (44.07% des voix et 3 sièges), en Guadeloupe (36.51% des voix et 3 sièges), en Ile-de-France (38.28% des voix et 5 sièges) et en Nouvelle-Aquitaine (31.62% des voix et 4 sièges).

Quant aux nouvelles implantations, outre la Guadeloupe et la Guyane, elles concernent Mayotte (12,98% des voix et 1 siège) et les Pays-de-Loire (23,16% des voix et 2 sièges). Le SNPASS progresse également de 4,5 points en Occitanie (29,18% des voix et 3 sièges) et retrouve un siège en Centre-Val-de-Loire (13,39% des voix).

Le SNPASS-FO est désormais présent dans 15 des 18 ARS, avec 155 élus. Au total, le syndicat détient 29 sièges sur l’ensemble des ARS ainsi que 2 sièges au comité national de concertation des ARS pour le collège public. Depuis la création des ARS, le SNPASS-FO est en progression constante et a gagné six points, se réjouit Juan Navarro, qui y voit le fruit du travail de terrain et de la cohérence des revendications pour défendre les agents, à commencer par le respect des statuts.

Une marque de reconnaissance pour le travail accompli

Dans le deuxième collège (salariés sous convention collective), FO arrive en deuxième position avec 29.87% des suffrages exprimés et remporte 14 des 51 sièges à pourvoir. On a perdu de peu la première place, explique José Robinot, délégué régional du SNFOCOS, en charge des ARS.

FO est très bien implanté dans l’Est et le Sud de la France, avec 74% des voix dans le Grand Est, 56% en Auvergne-Rhône-Alpes, 46% en Bourgogne, 82% en PACA. En Occitanie, où deux sous-collèges étaient maintenus, FO remporte 50% des voix chez les employés et 62% chez les cadres. En revanche, les résultats sont moins bons en Bretagne (15%), en Île-de-France (14%) et dans les Haut-de-France (27%). Et FO n’a pas pu présenter de candidats partout.

Ce sont des résultats porteurs d’espoir, estime José Robinot. Ils nous encouragent à repartir de l’avant là où nous ne sommes pas assez bien implantés. Et en ce qui concerne nos résultats, là où nous somme bien implantés, ils constituent une marque de reconnaissance pour le travail accompli ces dernières années.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Les 21 recommandations du rapport Simonpoli

Représentativité par Clarisse Josselin

Le rapport Simonpoli-Gateau, remis le 16 février à la ministre du Travail, porte sur le dialogue social et la valorisation des compétences des représentants du personnel suite à la réforme du Code du travail. Aucun chiffrage n’est donné sur le nombre d’élus amenés à perdre leur siège du fait de la fusion des instances.