Retrait de Parcoursup : Chaque bachelier doit pouvoir accéder à l’université à la formation de son choix

Service Public par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Aujourd’hui à quelques jours des épreuves du bac, près de 286 000 élèves de terminale sont « en attente » ou n’ont reçu aucune proposition. Sur les 526 000 restants, plus de 351 000 ont reçu une réponse qui ne correspond pas à la formation de leur choix. Ils sont plus de 13 000 à avoir quitté la plateforme « Parcoursup ».

La situation faite aux lycéens de terminale qui se préparent à passer les épreuves du Bac est inacceptable.

La remise en cause du bac comme premier grade universitaire, donc du droit pour chaque bachelier, parce qu’il est bachelier, à accéder à la formation de son choix, est inacceptable.

Le SNFOLC appelle les personnels à se réunir pour prendre position et exiger des ministres de l’Education Nationale et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation le retrait de Parcoursup, le respect du droit de chaque bachelier à accéder à la formation universitaire de son choix.

Il soutient les lycéens qui se mobilisent pour défendre leur avenir, leur droit aux études, leur droit à accéder à l’université dans la formation de leur choix.

Il condamne fermement la répression dont des jeunes ont été la cible au lycée Arago.

Il appelle les personnels à faire connaître leurs prises de position aux lycéens, aux parents.

Lundi soir, le SNFOLC a été informée de l’initiative des organisations lycéennes de se rassembler devant les rectorats le mercredi 30 mai à partir de 11h pour faire valoir leurs exigences : nous serons à leurs côtés !

Il appelle à participer avec les lycéens aux rassemblements organisés ce mercredi devant les rectorats pour exiger :

  • Retrait de Parcoursup
  • Une place pour chaque lycéen à l’université dans la formation de son choix
  •  

Sur le même sujet

Le grand débat pour revenir à l’antienne de la réduction de la dépense publique !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Étonnamment, le Premier ministre, en conclusion de la restitution du Grand débat ce matin, a retenu comme première exigence celle de « baisser, et baisser plus vite, les impôts » et y a ajouté que, selon lui, si, « les Français ont compris, avec plus de maturité que certaines formations politiques, qu’on ne peut pas baisser les impôts si on ne baisse pas la dépense publique ».

Fonction publique d’État : une première place confortée

Service public par Valérie Forgeront

Le verdict des urnes est clair : FO reste la première organisation dans la fonction publique d’État, avec 17 % des suffrages, soit une progression de 0,4 % par rapport à 2011. L’organisation devance ainsi dix syndicats dont la FSU – par un écart de 1,4 % –, en repli de 0,2 %. FO prend aussi de la (...)