Retraite complémentaire : le gouvernement abandonne le transfert du recouvrement des cotisations. Une victoire pour FO

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Laurent GRANDGUILLOT/REA

Le projet du transfert, de l’Agirc-Arrco vers le réseau Urssaf, du recouvrement des cotisations de retraites complémentaires aurait pu s’intituler Chronique d’un fiasco annoncé... Par FO notamment. Le gouvernement a annoncé, enfin, le 10 janvier l’annulation de cette réforme largement contestée, dont par plusieurs organisations syndicales et patronales. FO qui a rappelé maintes fois depuis plus de deux ans le danger de ce transfert, soit une catastrophe industrielle, se réjouit de son abandon. Cela qui sonne comme une victoire et cela grâce à la mobilisation de FO.

L’annonce faite ce 10 janvier par le ministre du Travail, à l’occasion de la présentation du projet sur les retraites par plusieurs membres du gouvernement, dont Olivier Dussopt, ne peut que satisfaire. La décision de l’annulation du transfert de l’Agirc-Arrco vers l’Urssaf du recouvrement des cotisations de retraites complémentaires met fin à un entêtement de plus de deux ans du gouvernement.

FO soulignait la confédération ce 12 janvier dans un communiqué n’a jamais cessé de dénoncer ce projet jugé inutile, coûteux, et risqué, à la fois pour le service dû aux assurés (quelque vingt millions de salariés affiliés à l’Agirc-Arrco, Ndlr) comme pour l’avenir de l’emploi des salariés actuellement en charge du recouvrement dans les caisses de retraite complémentaire, soit jusqu’à 2000 salariés concernés, laissés dans l’incertitude d’une perte d’emploi ou encore d’un transfert vers le réseau Urssaf, sans garanties sur leurs droits et lieux d’affection. Par ailleurs, pour FO, ce projet n’était qu’une première étape pour l’État de mettre la main sur les réserves de l’Agirc Arrco préfigurant la mise en place d’un système universel de retraite.

L’abandon d’un transfert à hauts risques

Pour son projet de transfert de recouvrement des cotisations Agirc-Arrco, le gouvernement avait globalement tout le monde contre lui... Ainsi, en juin dernier, le Sénat via sa commission des affaires sociales rapportait les conclusions d’un contrôle effectué dans le cadre de la Mission d’évaluation et de contrôle de la sécurité sociale (Mecss). Il indiquait tout le mal qu’il pensait du transfert, lequel était jugé inconcevable en l’état, au risque d’erreurs et autres bugs dus à l’utilisation de la déclaration unifiée (DSN) qui a remplacé quarante-cinq formalités déclaratives, et sur laquelle s’appuierait le versement automatique des prestations de retraites complémentaires.

Pour le Sénat, Compte tenu de l’enjeu de sécurisation des droits à retraite complémentaire des 20 millions de salariés affiliés à l’Agirc-Arrco, il n’est pas envisageable de mener à bien le transfert aux Urssaf à l’échéance du 1er janvier 2023 Autre coup de banderille : Les capacités de fiabilisation des données individuelles de la déclaration sociale nominative (DSN) des Urssaf ont été développées trop récemment pour permettre la mise en œuvre du transfert, qui ne présente qu’un intérêt résiduel en termes de simplification des démarches des entreprises et d’économies de gestion.

Le rapport indiquait que non seulement le transfert de recouvrement de cotisations n’est pas stratégique mais que les risques qu’il fait peser surpassent le bénéfice potentiel d’une amélioration des taux de recouvrement. Fermez le ban !

Un projet né en 2019...

De son côté, FO, à travers le secrétaire confédéral, Michel Beaugas, en charge notamment des dossiers de retraites complémentaires, confirmait de nouveau en août dernier l’impossibilité technique de cette réforme. Techniquement, ce n’est pas prêt ! Les tests effectués ne sont pas fiables Et de rappeler le faible nombre de concepteurs de logiciels spécifiques à ces nouvelles tâches et le peu d’entreprises volontaires pour les tests. Et Michel Beaugas de souligner aussi : Le réseau Urssaf qui est censé collecter les cotisations, ne sait pas les calculer dans le détail, salarié par salarié. Bien sûr au-delà de cet aspect technique essentiel, un autre l’était tout autant : la réforme constituait une menace pour la gestion paritaire via cette centralisation visée du recouvrement des cotisations.

Selon le gouvernement, le projet qui avait d’ailleurs coïncidé avec la présentation en 2019 d’une réforme sur les retraites, visant un régime universel à points, puis avait été acté par la loi de finances sur la sécurité sociale pour 2020 (article 18), permettait de réaliser des économies de gestion, l’unification du recouvrement et une simplification des démarches des entreprises qui n’auraient eu alors qu’un interlocuteur unique. Mais le projet était critiqué tous azimuts. L’été dernier, le 28 juillet, se joignant à cinq organisations syndicales, dont FO, deux organisations patronales (Medef et CPME) demandaient ainsi a minima un nouveau report de la réforme, qui, devant entrer en vigueur initialement en 2022, avait déjà été reportée à 2023. Pour FO, la revendication restait toutefois l’abandon pur et simple de la réforme, porteuse d’une réforme des retraites qui ne disait pas son nom.

Un clap de fin de bon augure...

Le gouvernement s’est alors une nouvelle fois entêté. Cela s’est illustré cet automne à travers l’examen du projet de loi de financement 2023 pour la sécurité sociale (PLFSS). Alors qu’un amendement, en faveur de l’annulation du transfert avait été voté en commission des affaires sociales à l’Assemblée, le gouvernement a déposé le 20 octobre un amendement en faveur d’un report de la réforme, cette fois en 2024. Amendement adopté dans le cadre du PLFSS adopté à coup de 49.3.

L’annulation pure et simple annoncée ce 10 janvier constitue donc un renversement complet de situation, un clap de fin de cette réforme dangereuse. D’après le Gouvernement, souligne FO dans son communiqué, l’abandon de ce transfert ne serait ni politique ni d’ordre technique mais il s’agirait de supprimer un sujet irritant pour les partenaires sociaux. C’est donc bien la mobilisation qui a mené à ce résultat. Mise en perspective de l’actualité sur les retraites, cette victoire par la mobilisation est de très bon augure ! Une victoire qui en appelle d’autres !

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.

Agirc-Arrco : différé, le transfert du recouvrement des cotisations reste une menace

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Le transfert du recouvrement des cotisations de retraites complémentaires, de l’Agirc-Arrco (20 millions de salariés affiliés) vers l’Urssaf – transfert auquel s’est toujours opposée FO – est une nouvelle fois reporté d’un an. Au 1er janvier 2024, a priori. Le gouvernement avait déposé un amendement en ce (...)

Abandon du transfert du recouvrement des cotisations AGIRC ARRCO vers l’ACOSS : une victoire obtenue grâce à la mobilisation de FO

Communiqués de FO par Eric Gautron, Michel Beaugas, Patrick Privat, Secteur Protection sociale collective, Secteur Retraites

Le Ministre du Travail a annoncé mardi 10 janvier, pendant la conférence de presse concernant les mesures de réforme des retraites, que le transfert du recouvrement des cotisations de l’Agirc Arrco vers l’ACOSS était annulé. D’après le Gouvernement, l’abandon de ce transfert ne serait « ni politique ni (...)