Retraite : les femmes perçoivent une pension inférieure à celle des hommes

La Lettre de l’UCR - Avril 2015 par Union Confédérale des Retraités-FO

Article publié dans le Dossier Égalité professionnelle

Avec 967 euros bruts par mois en moyenne, la pension de droit direct des femmes sʼavère en 2012, inférieure de 40 % en moyenne à celle des hommes (1 617 euros). Cet écart tient aussi au fait que les femmes, en raison dʼune plus grande longévité, sont plus nombreuses que les hommes aux âges élevés. Or, à ces âges élevés, les montants de pension des femmes sont bien plus faibles que ceux des hommes.

Les écarts se réduisent cependant au fil des générations, du fait de lʼamélioration des carrières féminines. Les politiques publiques destinées à concilier la vie familiale et la vie professionnelle, la participation croissante des femmes au marché du travail depuis lʼaprès-guerre ainsi que la hausse de leur niveau de qualification ont contribué à réduire les écarts entre hommes et femmes au fil des générations. On constate que fin 2012, les femmes retraitées de 80 à 84 ans (nées entre 1928 et 1932) perçoivent une pension de droit direct inférieure de 49 % à celle des hommes de leurs générations, contre 36 % pour les femmes de 65 ans à 69 ans (nées entre 1943 et 1947).

La prise en compte des avantages accessoires liés aux droits familiaux et conjugaux, au minimum vieillesse, à la réversion, réduit les écarts de pension entre les hommes et les femmes. Les droits dérivés représentent une part importante de la pension des femmes (20 %), alors quʼils représentent une part négligeable de celle des hommes. Les femmes sont, en effet, sur-représentées parmi les personnes veuves en raison dʼune plus grande longévité. Au final, avec 1 265 euros en moyenne toutes générations confondues, la pension totale brute des femmes est inférieure de 26% à celle des hommes.

Sources : Etudes et résultats, n°904 de janvier 2015

Tous les articles du dossier

8 mars : journée de la femme et de l’égalité

Société par Yves Veyrier

De nombreuses initiatives ont lieu à l’occasion de la journée internationale de la femme. L’occasion pour FO de mettre l’accent sur le combat pour l’égalité. L’OIT de son côté publie un rapport et organise également une table ronde que l’on peut suivre en direct.
8 mars, les femmes sont à l’honneur au (...)

Les grandes dames du syndicalisme 2e partie

Histoire par Christophe Chiclet

Les femmes ont une place majeure dans le syndicalisme français. Pourtant, cette place reste largement invisible et il est parfois difficile de retrouver les traces de ces militantes. La recherche historique a encore beaucoup à faire dans ce domaine.

L’égalité femme-homme ? Virée !

Liberation - jeudi 21 mai 2015 | Tribune

Par un groupe de femmes syndicalistes. Nous, femmes syndicalistes, faisons front commun car l’heure est grave : nous sommes en passe d’être dépossédées des outils que nous mobilisons pour lutter contre les inégalités salariales et professionnelles entre les femmes et les hommes en entreprise. Nous le savons, ces dernières stagnent à un niveau très élevé en dépit de l’épais corpus législatif et réglementaire enrichi au fil des décennies.

Journée de la femme : le travail découplé

Dossier Égalité professionnelle par  Michel Pourcelot

Comme tous les ans, la Journée de la femme, le 8 mars, a donné à la presse l’occasion de se pencher sur les inégalités entre les femmes et les hommes, notamment dans le travail et face à l’emploi.