Retraites et âge pivot : réaction de FO

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !
© F.Blanc

La confédération FO a pris connaissance de la lettre adressée par le premier Ministre aux interlocuteurs sociaux relative aux retraites et à la question de l’âge pivot et a réagi publiquement immédiatement par la voix de son secrétaire général.

Pour FO ce courrier, à nouveau, confirme ses analyses. L’âge d’équilibre est intrinsèque au projet de régime unique par points.

En effet, le premier Ministre confirme bien que « le projet de loi prévoira que le futur système universel comporte un âge d’équilibre » à 64 ans à partir de 2027.

Ce que le premier Ministre annonce retirer est l’accélération de sa mise en œuvre, qu’il avait annoncée récemment, dès 2022 avec une montée progressive pour atteindre 64 ans en 2027.

Cependant, le premier Ministre assortit ce retrait temporaire de l’injonction à ce que les partenaires sociaux se mettent d’accord dans le cadre d’une conférence de l’équilibre et du financement sur une solution. Il exclut cependant que cette solution entraîne une « hausse du coût du travail » autrement dit il exclut l’hypothèse d’une hausse des cotisations de 1% telle que suggérée par le Conseil d’orientation des retraites.

Il est d’ailleurs notable que le Medef se félicite de l’annonce du premier Ministre en soulignant cet aspect et en indiquant que la négociation à venir va donc porter, selon lui, sur des mesures d’âge.

FO note au demeurant que la conférence sur l’équilibre et le financement se tiendra sous tutelle du gouvernement et de la Cour des Comptes. On assiste de fait à ce que FO dénonce depuis longtemps avec ce projet de régime unique par points : l’État, donc les gouvernements en dernier ressort, décideront, en l’occurrence par ordonnances. Le premier Ministre est à cet égard clair : « je prendrai mes responsabilités » en l’absence d’accord. On assiste au même scénario qu’avec l’assurance chômage l’année dernière.

FO a très clairement appelé les acteurs récents de l’âge pivot à être cohérents. Puisqu’ils semblent se féliciter du retrait temporaire, qu’à tout le moins ils dénoncent immédiatement l’accord qu’ils ont signé à l’Agirc-Arrco en 2015 qui avait instauré un âge pivot pour les retraites complémentaires, accord que FO a refusé de signer et de cautionner.

Dans ces conditions FO maintient sa pleine détermination contre le projet de régime unique par points du gouvernement et son engagement dans la mobilisation lancée par l’appel à la grève le 5 décembre.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Tous les articles de la campagne

CP - Le ministre tente de museler la parole des élus des personnels

Communiqué FO-Fonction publique par FO Fonctionnaires

Lors du conseil commun de la Fonction publique du mercredi 22 janvier consacré à l’étude du seul article du projet de loi sur la réforme des retraites soumis à son avis, le ministre a tenté d’empêcher la lecture de la déclaration intersyndicale CGT, FSU, FO, Solidaires, FA- FP. Froissé que les élu-es des personnels manifestent leur mécontentement sous forme de pancartes, il a perdu son sang-froid et a tenté d’imposer la discussion sur les amendements alors que le représentant de l’intersyndicale lisait la déclaration. Ne lui en déplaise cette leture a été poursuivie jusqu’à son terme.

Retraites : quelle est la position de Force Ouvrière ?

BFMTV le 12 novembre 2019 par Yves Veyrier

Quel sera l’impact de la fusion Fiat/PSA sur l’emploi ? Quels sont les enjeux de l’emploi de nuit sur le plan économique et de la consommation ? Quid de la position de Force ouvrière quant à la réforme des retraites ? - Avec : Yves Veyrier, secrétaire général de Force Ouvrière. - 12h l’heure H, du mardi 12 novembre 2019, présenté par Hedwige Chevrillon, sur BFM Business.

Editorial de Philippe Pihet, Secrétaire confédéral au Secteur des Retraites : « Retraite : du bricolage à l’hypocrisie »

FO Actualité Retraites par Philippe Pihet, Secteur Retraites

A l’occasion d’un colloque sur la« réforme des retraites » à l’Assemblée Nationale le 11 mars dernier, madame la ministre des Solidarités et de la Santé avait brocardé les 25 ans de réforme sur les droits des salariés, privé comme public et spéciaux, en qualifiant ces réformes de « bricolage ».