Retraités : Journée de mobilisation nationale ce 31 mars

InFO militante par  Maud Carlus, L’Info Militante

© F. BLANC

Près d’un millier de retraités ont manifesté pour leur pouvoir d’achat dans plusieurs villes de France dans le cadre d’une journée nationale d’actions à l’appel de neuf organisations dont l’UCR-FO. A Paris, le cortège qui comptait 500 personnes avait fixé son rendez-vous de départ devant le ministère de la Santé et de la Solidarité. Au total, plus de 63 rassemblements en France.

Cette mobilisation est placée sous le signe de la solidarité intergénérationnelle, souligne Didier Hotte, secrétaire général adjoint de l’Union Confédérale des Retraités-FO (UCR-FO). Alors que la crise sanitaire touche la France de plein fouet, les retraités (17 millions de Français) entendent être pris en compte. La crise que nous vivons, poursuit-il, est terrible pour les étudiants, les salariés, mais aussi pour un nombre important de retraités.

Aujourd’hui dans ce pays, plus on vieillit, plus on est pauvre. Et la crise que nous vivons a aggravé la situation appuie Didier Hotte. On compte 6% de retraités pauvres dans la tranche d’âge 60-70 ans et 8% chez les plus de 75 ans. A savoir aussi qu’ un tiers des retraités français ont des revenus inférieurs à 1000 euros brut par mois. Les organisations interrogent : Comment vivre avec ça ?

Après avoir alerté ces derniers mois, et à maintes reprises, les pouvoirs publics sur cette situation plus qu’inquiétante, le groupe des neuf dont l’UCR-FO a décidé d’appeler à cette journée de mobilisation.

Un million de retraités pauvres

La situation difficile des retraités se constate en effet au quotidien. Rappelant que l’on compte environ un million de retraités pauvres en France, Didier Hotte indique que Nombre de retraités ont renoncé à avoir une mutuelle et certains doivent recourir à l’aide alimentaire. Premières concernées par cette pauvreté, les femmes, notamment les veuves qui n’ont pour ressource que la une demi-pension de réversion de leur mari.

Pour cette journée d’action, il s’agissait donc de mettre à nouveau l’accent et concrètement sur le recul des moyens des retraités pour vivre. sur le plan financier, nous alertons le gouvernement quant à la dégradation du pouvoir d’achat. La revalorisation de 0,4% des pensions au 1er janvier 2021 est insuffisante au regard de l’augmentation du coût de la vie. Entre 2008 et 2019, l’indice des prix a augmenté de 12,93%, le Smic de 20,3%, mais les pensions des retraités seulement de 8,60%.

Revalorisation immédiate de 100 euros par mois

Les retraités revendiquent par conséquent une réelle revalorisation des pensions soulignant qu’il ne peut pas y avoir une pension inférieure au Smic. Enfin, ils demandent l’indexation des pensions sur les salaires et non sur l’inflation comme c’est le cas actuellement, et ce, depuis 1987.

Une pétition en ligne lancée sur le site change.org a déjà reçu près de 54 000 signatures. Adressée au président de la République, elle demande la mise en place d’un véritable plan de relance du pouvoir d’achat des salariés et retraités, ainsi que l’augmentation immédiate des retraites de 100 euros par mois au titre de rattrapage de pouvoir d’achat. Sans revalorisation appuie Didier Hotte Si on continue comme ça, l’appauvrissement des retraités se poursuivra encore jusqu’à 2045.

Ils contribuent à hauteur de 8% à la production de richesse

Les organisations de retraités dénoncent par ailleurs une forme d’âgisme, voire d’eugénisme en France envers les personnes âgées et déplorent qu’il y ait envers elles, y compris de la part des pouvoirs publics, une sorte de mépris ambiant, particulièrement depuis la crise Covid. La longévité de la population n’est plus présentée comme une chance mais comme un poids pour la société, ce qui conduit à une discrimination de l’âge. Perte d’autonomie, isolation sociale, les retraités regrettent que des stéréotypes sur l’âge soient renforcés par l’épidémie.

Pour les retraités, cette attitude est d’autant plus révoltante que qu’ils contribuent à hauteur de 8% à la production de richesse du pays. Ils sont également engagés dans le volontariat, ce qui a été particulièrement salutaire pendant cette crise. Nous sommes actifs, nous sommes dans des associations.

Sans compter que les retraités, bien souvent, aident financièrement leurs enfants, quel que soit leur niveau de revenus. Nous en avons assez d’entendre que les retraités ont du patrimoine. Ils ont mis des années à se payer leur pavillon, c’est scandaleux de prétendre qu’ils en vivent de leur patrimoine. La vérité, c’est qu’arrivés à un certain âge, certains sont contraints de vendre leur maison ou leur appartement pour pouvoir aller en Ehpad et ne pas être à la charge de leurs enfants.

 Voir en ligne  : Lien pour la pétition

Sur le même sujet

Résolution du Comité confédéral national 27 & 28 mars 2019

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Réuni, à Paris les 27 et 28 mars, le Comité Confédéral National réaffirme son attachement à « l’indépendance absolue à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et, de façon générale, son irréductible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical » (préambule des statuts de la cgt-Force Ouvrière).