Retraites : la bataille s’organise

InFO militante par Ariane Dupré, L’Info Militante

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !

Dans le sillage de l’intersyndicale, de nombreuses fédérations FO, par exemple dans les transports ou les IEG, appellent aux mobilisations à partir du 19 janvier. Le recul de l’âge à 64 ans et la fin des régimes spéciaux sont jugés « inacceptables ».

Les syndicats avaient prévenu : la riposte serait de taille si le gouvernement s’acharnait à casser les droits à la retraite. En annonçant le 10 janvier une réforme reculant l’âge légal de départ à 64 ans d’ici 2030, couplé à une accélération de la réforme Touraine, visant les salariés du public et du privé et en sonnant la fin des régimes spéciaux de retraite dès septembre 2023, Elisabeth Borne a mis le feu aux poudres. Le soir même, l’intersyndicale dont fait partir FO a appelé à une journée interprofessionnelle de grève et de manifestations dès le 19 Janvier. Dénonçant un projet injuste, notamment pour les salariés précaires, les seniors ou ceux occupant des emplois pénibles, les huit organisations syndicales préviennent : cette date marquera le départ d’une puissante mobilisation sur les retraites dans la durée pour obtenir le retrait de cette réforme.

De la Fonction publique à l’énergie

Et de fait, déjà, des transports au service public, la mobilisation s’organise. Le 11 janvier, l’intersyndicale de la Fonction publique (dont fait partie FO) actait sa participation au mouvement, appelant tous les agents publics à se mobiliser le 19 janvier pour le retrait de cette réforme des retraites : Les améliorations évoquées dans ce projet, comme la mise en place d’une retraite progressive dans certains cas, ne peuvent en aucun cas compenser le recul de l’âge d’ouverture des droits à la retraite ou l’allongement de la durée de cotisation. Les syndicats de la Fonction publique refusent en outre que les agents en service actif, (exerçant un métier pénible ou reconnu fatiguant ouvrant droit à une retraite à 52 ou à 57 ans) soient obligés de travailler deux ans de plus, comme le prévoit la réforme. Même colère à la RATP où les personnels bénéficient d’un régime spécial que le gouvernement entend fermer. FO et trois autres syndicats se disent prêts à s’y opposer. La fédération FO transports-logistique annonce elle-aussi un mouvement illimité à partir du 19 janvier. Dans d’autres secteurs hautement stratégiques, les syndicats sont vent debout aussi contre le report de l’âge à 64 ans ou encore la fin annoncée des régimes spéciaux permettant de partir plus tôt à la retraite : les syndicats des raffineries pétrole prévoient plusieurs jours de grève dure à partir du 19 janvier, appel « relayé par FO ». Idem, à la fédération FO énergies, les salariés des industries électriques et gazières, dont le régime est menacé, sont appelés à débrayer pour cette première journée de mobilisation interprofessionnelle. Et, depuis le 10 janvier, les appels se multiplient chaque jour. Le mouvement contre la réforme construit son ampleur.

Ariane Dupré Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Tous les articles de la campagne

Retraites : Les 7 et 11 février, prochains temps forts d’une mobilisation qui a encore gagné en ampleur ce 31 janvier

Réforme des retraites, FO dit stop ! par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Il y a eu le 19 janvier, puis ce 31 janvier, encore plus massif et impressionnant tant à Paris qu’en province avec ses 2,5 millions de travailleurs qui ont fait grève ou/et ont manifesté. A l’issue de cette 2e journée nationale interprofessionnelle d’actions contre le projet de réforme des retraites, (...)

Retraites - Mobilisé-es et toujours aussi déterminé-es

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, UNL se félicitent de l’importance des mobilisations pour le retrait du projet de réforme des retraites du Gouvernement. Le soutien de la population au mouvement social s’amplifie, des initiatives unitaires sont prises sur tout le territoire, les journées de grèves et de manifestations du vendredi 24 et du mercredi 29 janvier ont encore rassemblé des centaines de milliers de personnes. C’est la preuve d’un rejet massif des propositions portées par le Gouvernement.