Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

Retraites : quand le gouvernement entretient la confusion sur l’indexation

Communiqué de FO par Yves Veyrier

DR

Tout au long des débats de ces derniers mois, FO a mis en garde contre les formules, à répétition, du gouvernement laissant à penser qu’avec le système universel de retraites par points les retraites seraient indexées sur les salaires et non plus sur l’inflation.

En effet, ces formules entretiennent savamment une confusion entre la revalorisation annuelle des pensions des retraités et le calcul de la pension au moment du départ à la retraite.

Or, la revalorisation annuelle des pensions demeurera, avec le projet de système universel du gouvernement, indexée sur l’inflation et non sur les salaires (RMPT ou Revenu moyen par tête inventé par le gouvernement).

A noter que compte tenu du comportement des gouvernements, cette garantie n’est pas absolue. En effet, bien que le code de la sécurité sociale prévoit déjà, depuis de nombreuses années, l’indexation des pensions sur l’inflation, cela n’a pas empêché ce gouvernement, comme ses prédécesseurs, d’y déroger dans le cadre des lois annuelles de financement de la sécurité sociale conduisant à une baisse de pouvoir d’achat des retraités.

Concernant le calcul de la pension au moment du départ à la retraite, la confusion vient de la comparaison aux réformes de ces trente dernières années.

Jusqu’en 1987, le calcul de la pension, au moment du départ en retraite, se faisait en calculant le salaire moyen sur la période de référence (les 10 dernières années ou désormais 25 meilleures années) à partir des salaires perçus sur cette période revalorisés en fonction de l’évolution du salaire moyen par tête. A partir de 1987, c’est l’inflation qui a été prise comme base de revalorisation (ou d’indexation) afin de réaliser des économies (celle-ci augmentant moins vite que les salaires).

Le gouvernement laisse donc entendre qu’il reviendrait sur ce choix en réindexant à terme (à partir de 2045 !) les valeurs du point, servant au calcul de la pension, sur les salaires. Mais plutôt que de prendre comme référence le SMPT (salaire moyen par tête), qui est connu, il invente le RMPT (Revenu moyen par tête) inconnu à ce jour, ce que FO avait signalé dès la parution du rapport du Haut-Commissaire le 18 juillet dernier.

Les débats de ces derniers jours à l’Assemblée nationale ont confirmé cette incertitude qui ajoute au caractère incertain des droits à la retraite que générerait le projet de système universel.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Barème des prud’hommes : réaction de Force Ouvrière

Communiqués de FO par Yves Veyrier, Frédéric Souillot, Secrétaire général de Force Ouvrière

La décision rendue ce jour par la Cour de cassation concernant le barème des indemnités prud’homales n’entame en rien le bien-fondé de la contestation portée par FO au regard de la convention 158 de l’OIT. FO renouvelle sa ferme opposition à ce barème impératif, destiné principalement à sécuriser les employeurs. Pour FO, la réparation doit, en toutes circonstances, être à la hauteur du préjudice réellement subi par le salarié et le juge doit pouvoir disposer d’une totale liberté pour fixer le montant des dommages et intérêts.

Pour la libération immédiate des syndicalistes biélorusses !

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Secteur Europe - International

La Confédération Force Ouvrière (FO) a pris connaissance de l’arrestation et de la mise en détention le 19 avril 2022, d’au moins quatorze syndicalistes et leaders syndicaux biélorusses, notamment de la confédération biélorusse BKDP – dont son président Aliaksandr Yarashuk et vice-président Siarhei Antusevich - affiliée à la Confédération Syndicale Internationale (CSI), et de plusieurs de ses fédérations.