Royaume-Uni : et maintenant des menaces sur le droit de grève

InFO militante par Fanny Darcillon, L’Info Militante

© Eric TSCHAEN/REA

Alors que le nouveau gouvernement se fait fort de lutter contre l’inflation et la récession par ses nouvelles mesures, le pays est au bord de la crise financière. La contestation sociale reste vive et le droit de grève menacé.

A près un été de bouleversements politiques et sociaux, entre démission du Premier ministre Boris Johnson, grèves tentaculaires et mort de la reine Elizabeth II, le Royaume-Uni est toujours en plein tumulte économique et social. Le 23 septembre, la nouvelle Première ministre, Liz Truss, a annoncé un plan fait de baisses massives d’impôts et de taxes. Les mesures, dont le financement n’a pas été chiffré par le gouvernement mais qui est estimé entre 100 et 200 milliards de livres par des économistes, ont provoqué un brutal affolement des marchés et fait plonger la livre sterling. Jusqu’à affoler aussi le Fonds monétaire international qui, attitude exceptionnelle, a averti le Royaume-Uni, lui demandant de revoir sa copie.

Action en justice des syndicats

L’institution a notamment estimé que le plan risquait  d’accroître les inégalités, déjà fortes dans le pays. Pour beaucoup d’observateurs, certaines mesures annoncées bénéficieraient essentiellement aux plus riches : suppression de la hausse des contributions sociales, baisse de la taxe sur les transactions immobilières, suspension de certains prélèvements écologiques. Les critiques concernent aussi la mesure de soutien aux ménages face à la flambée des prix de l’énergie.

Le gel annoncé des tarifs pour les dépenses énergétiques, à 2 500 livres par an pour un foyer moyen, soit un geste d’environ 1 000 livres (1 139 euros), profiterait aux gros consommateurs d’énergie, donc aux plus aisés.

Parallèlement à ces annonces, les grèves reprennent de plus belle. Ainsi, un train sur cinq circulait le 8 octobre. Or, le gouvernement cherche à limiter le droit de grève. Ainsi, une grève ne pourrait être déclarée que si des négociations préalables ont véritablement échoué. Le gouvernement avait aussi déjà prévu une loi, sans consulter les syndicats constate le TUC (Trades Union Congress), permettant le recours aux intérimaires pour remplacer les salariés grévistes. Sans surprise, cela a suscité la colère des organisations syndicales, qui ont intenté une action en justice.

Sur le même sujet

Grande-Bretagne : le TUC contre l’austérité et les atteintes au droit de grève

International par Secteur Europe - International

Le 14 septembre, les députés britanniques ont approuvé le projet de loi visant à limiter le droit de grève. Ce texte doit désormais être approuvé en troisième lecture et passer par la chambre des Lords avant d’être adopté. Ce 4 octobre, 60 000 personnes manifestaient à Manchester contre cette disposition – et plus largement contre l’austérité dans le pays.

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.