Royaume-Uni : « Un Brexit sans accord serait un désastre pour les travailleurs »

Europe par Evelyne Salamero

Le Premier ministre britannique Boris Johnson © XINHUA-REA

Dans un contexte particulièrement hostile, la confédération syndicale TUC remet ses revendications en avant pour répondre aux préoccupations réelles et urgentes des travailleurs.

Trois ans de crise et rien n’est réglé. Le 23 juin 2016, un peu plus de 17 millions de Britanniques (51,9 % des suffrages) votent par référendum en faveur d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), le fameux Brexit. Dès le lendemain, le Premier ministre David Cameron démissionne. Theresa May le remplace le 13 juillet 2016. Elle démissionnera à son tour en avril dernier, les députés britanniques ayant rejeté par trois fois en trois ans le projet de traité de retrait qu’elle a laborieusement négocié avec l’UE. Les 27 autres États membres de l’UE avaient pourtant accepté de reporter la date butoir de clôture des négociations au 31 octobre 2019 (au lieu du 29 mars 2019 en vertu du délai imparti par le traité de Lisbonne). L’actuel Premier ministre, Boris Johnson, menace lui d’un Brexit sans accord avec l’UE et n’a pas hésité à suspendre le Parlement de début septembre à la mi-octobre, après que les députés ont voté une loi visant à lui imposer de demander un nouveau report de la date butoir du Brexit au-delà du 31 octobre.

Pour un « new deal » pour les travailleurs

Un Brexit sans accord serait un désastre pour les travailleurs, alerte le Trades Union Congress (TUC), la confédération syndicale britannique, qui avait appelé à voter contre le Brexit (ce qu’avaient fait 60 % de ses adhérents). Aujourd’hui, la simple perspective d’un Brexit sans accord rend déjà les investisseurs très frileux, explique le TUC. Son objectif est aussi que soient préservés les droits sociaux dérivés du droit communautaire (les quatre semaines de congés payés, la réglementation sur le licenciement, la protection des salariés à temps partiel…). Malgré ce contexte hostile, le TUC vise un new deal pour les travailleurs. Refusant que le débat sur le Brexit occulte les préoccupations réelles et urgentes des travailleurs, l’organisation syndicale revendique notamment l’interdiction des contrats zéro heure (contrats de travail à la tâche), l’augmentation des salaires et une politique industrielle audacieuse, créatrice d’emplois de qualité.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Brexit : de quoi l’UE est-elle le nom ?

Revue de presse par Michel Pourcelot

Le vote des Britanniques en faveur de la sortie de l’Union européenne, le « Brexit », le 23 juin, a laissé sous le choc les médias français, qui ont multiplié les analyses pour expliquer un tel rejet. Aperçus au-dessus du Channel.

Brexit, et après ?

Europe par Secteur Europe - International

Les britanniques ont fait le choix de la sortie de l’UE lors du référendum du 23 juin, avec une nette majorité (52% contre 48%, soit 1,3 million de voix de différence en faveur du Brexit). C’est la première fois qu’un pays décide de quitter l’Union européenne. Et il ne s’agit pas du plus petit ou du (...)

Brexit : contre une Europe sociale à géométrie variable

Europe par Secteur Europe - International

Le Conseil européen du 17 décembre aura aussi été celui des discussions sur la renégociation des conditions d’adhésion du Royaume-Uni à l’UE. Le gouvernement britannique s’est notamment fixé pour priorité d’empêcher les « migrants » issus de d’autres pays de « profiter » des prestations sociales britanniques (...)