Salaires 2021 dans la coiffure : FO quitte la table des négociations

Fédération FGTA-FO par FGTA-FO

Voilà deux années que les négociations salariales échouent dans la branche professionnelle de la Coiffure, ce qui a pour effet que 4 échelons de la grille de salaires se retrouvent sous le Smic.

Lors des réunions de négociations, les organisations patronales n’ont pas réussi à s’accorder sur une proposition qui prévoit à la fois une hausse des salaires décentes et des perspectives pour les salariés via la formation. A quoi sert-il de former si la rémunération ne suit pas et ne reconnaît pas le savoir-faire acquis ?

FO prend en compte la situation économique due à la crise sanitaire mais, comme l’évoque le secrétaire général FO, le quoi qu’il en coûte ne doit pas aussi devenir le quoi qu’il en coûte aux salariés.

Où les employeurs veulent-ils mener la branche Coiffure ? Les salariés tout comme les employeurs sont touchés par la crise, les coiffeurs qualifiés perçoivent aujourd’hui le Smic, les diplômes ne sont pas valorisés.

FO, accompagné d’une autre organisation syndicale, a donc quitté la table des négociations puisque sans salaire à la clé, les négociations ne peuvent continuer.

La FGTA-FO reste bien sûr ouverte à toute nouvelle proposition conforme aux intérêts des salariés.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Plan de relance : pas de relâche pour l’action syndicale !

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier

Cette période de rentrée à la fois sociale, économique et scolaire est chargée d’incertitudes, d’inquiétudes pour nombre de salariés et leurs familles, à la fois quant au risque sanitaire bien sûr mais aussi sur les conditions de reprise de son travail avec le port du masque généralisé, et, pour beaucoup, face au risque de perdre son emploi, de ne pas le retrouver, ou de l’avoir déjà perdu, notamment quand on était déjà en situation précaire.

Il y a urgence sociale !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Les organisations syndicales et de jeunesse ont fait l’analyse de la situation économique et sociale qui s’annonce tendue pour les prochaines semaines et en particulier à la rentrée de septembre.