Salaires dans l’énergie : FO ne signe pas le projet d’accord revalorisant le SNB de 1 %

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

F.Blanc

C’est non. Le 7 juillet, le bureau de FO-Énergie et Mines a refusé de signer le projet d’accord patronal proposant, au 1er juillet, une hausse de 1 % du salaire national de base (SNB). Bien trop éloignée de la revendication portée par FO, au sein de l’interfédérale, d’une revalorisation du SNB à hauteur de l’inflation. Bien trop éloignée de la perte de pouvoir d’achat endurée par les agents. Le décrochage du SNB, par rapport à l’inflation, est estimé à 7 % entre 2009 et 2021. Et l’inflation se fait de plus en plus forte. Elle devrait dépasser 7 % fin 2022, rappelle Alain André, secrétaire général de FO-Énergie et Mines.

Le ministère de tutelle sommé d’agir

Les employeurs n’ont pas mesuré le mécontentement des agents, qui sont acculés financièrement. Leur référence, c’est la hausse de 3,5 % du point d’indice dans la fonction publique au 1er juillet. Toute proposition inférieure est vécue comme du mépris, alerte-t-il. Avec l’interfédérale (dont tous les membres refusent de signer le projet d’accord), FO-Énergie et Mines a interpellé le ministère de tutelle pour exiger la réouverture immédiate des négociations. Rien d’anodin, alors que l’exécutif a annoncé le retour de l’État à 100 % dans le capital d’EDF. En attendant sa réponse, FO appelle les syndicats à exiger l’attribution de deux NR (niveaux de rémunération) et/ou un complément d’intéressement ou de participation.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.

Les regards se tournent vers le 5 décembre !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Depuis notre CCN (Comité confédéral national), j’aurai rencontré de Chaumont, à Rennes, Bordeaux, puis Strasbourg et Saint-Étienne, près de 1 300 délégués des syndicats FO lors des congrès et réunions de rentrées des Unions départementales (Ille-et-Vilaine, Vendée, Gironde, Côte-d’Or, Oise, Bas-Rhin, Loire et (...)