Salaires et pensions les Industries Électriques et Gazières pas au niveau !

Fédération FO Energie par Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines

Face aux augmentations des prix des produits de consommation, dont notamment ceux de première nécessité, et du coût de la vie, la confédération FO fait le constat que seuls les salaires et pensions continuent de stagner voire de baisser au regard de l’inflation.

Ce constat est également partagé par FO Énergie et Mines pour le secteur des Industries Électriques et Gazières.

Cette année encore, lors de la négociation de Branche portant sur les augmentations du Salaire National de Base (SNB), les représentants des employeurs sont restés imperméables à un partage d’éléments factuels, notamment ceux concernant les écarts entre les augmentations de ces dernières années à la vue de l’inflation.

Ci-dessous des éléments factuels entre 2009 et 2021 qui nous démontrent l’écart entre l’évolution du SNB et des pensions IEG par rapport à l’inflation :

Cette année, de nouveau, les employeurs de la Branche ont, suite à l’échec des pseudos négociations de Branche, pris la décision d’une recommandation patronale le 29 novembre 2021 qui acte une augmentation de +0,3 % du SNB.

FO Énergie et Mines attend plus des employeurs de la Branche des IEG en termes de redistribution des richesses produites à travers une augmentation du SNB à la hauteur de l’engagement de chacune et chacun. Ce n’est malheureusement encore pas le cas pour 2022 !

Le 27 janvier, FO Énergie et Mines s’inscrit et soutient l’action de notre confédération pour :

  • L’augmentation des salaires, du point d’indice et du Smic
  • Une revalorisation des retraites
  • L’abrogation de la réforme de l’Assurance Chômage
  • Défendre nos emplois et conditions de travail

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.