Communiqué de FO

Salaires et prime transports : FO renouvelle son appel à l’ouverture rapide de négociations

, Yves Veyrier

Recommander cette page

© Jean-Claude MOSCHETTI/REA

La Confédération générale du travail Force Ouvrière fait le constat qu’elle n’a pas obtenu, pour l’heure, de retour à la suite de sa saisine officielle du gouvernement concernant les réponses à apporter au pouvoir d’achat à l’origine des mouvements de protestations actuels et qui étaient en tête des revendications portées par les manifestations syndicales du 9 octobre dernier.

Il y a pourtant urgence, il s’agit d’une urgence sociale.

La mise en œuvre effective de la prime transport est une mesure immédiate, simple et concrète à mettre en œuvre.

L’augmentation du Smic, au-delà de l’augmentation légale, en est une également ainsi que la relance des négociations de branches partout où les minimas se situent en dessous du Smic.

Les salaires, tant dans le secteur privé que public et dans la fonction publique, ne peuvent être considérés comme ennemi du climat pas plus que de l’économie.

Plus largement la question du coût de la vie pour les salariés, actifs, au chômage, retraités est posée.

Elle est aussi celle de la redistribution des richesses et de la fiscalité qui ne remplit plus son office de redistribution tant elle est appuyée sur les taxes (TVA et TICPE) et insuffisamment progressive. C’est la raison de la revendication FO, de longue date, d’une réforme d’ensemble de la fiscalité.

Face à l’urgence climatique, FO en appelle à l’urgence de la mise en œuvre d’une transition juste socialement qui prenne en compte le rôle et les besoins du service public.

FO renouvelle en conséquence sa saisine du gouvernement pour la réunion rapide d’une commission tripartite (confédérations syndicales et organisations patronales) permettant d’examiner les conditions d’ouvertures rapides de négociations, à commencer sur la généralisation de la prime transport.

FO apporte son soutien et appelle les syndicats à agir pour l’ouverture de négociations sur les salaires dans les branches et les entreprises.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Yves Veyrier

Secrétaire général de Force Ouvrière


  • Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
  • Relations avec les fédérations nationales et les unions départementales
  • Représentation de la Confédération aux niveaux national et international
  • Expression publique
  • Handicap
  • Prospective (IRES), Histoire et Documentation

Envoyer un message à Yves Veyrier

Site internet : https://twitter.com/yveyrier

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

19 février 1788

Création de la Société des Amis des Noirs
La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une (...)

La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une émancipation immédiate des esclaves. Grâce à cette propagande, 49 cahiers de doléances sur 600 mentionnèrent dans leurs revendications l’abolition de l’esclavage.
La Convention abolit l’esclavage le 4 février 1794 en ces termes :
« La Convention déclare l’esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Sans amoindrir la portée émancipatrice de cette décision historique, on ne peut passer sous silence que certaines de ses raisons avaient aussi une portée de politique internationale : c’était un moyen de lutte contre les Anglais.
Bonaparte rétablit l’esclavage par la loi du 10 mai 1802 .