Salaires, les industries avicoles plument les salariés

Fédération FGTA-FO par FGTA-FO

Communiqué de la FGTA-FO

La FGTA-FO a adressé un courrier à l’ensemble des branches professionnelles entrant dans son champ de compétence afin d’ouvrir des négociations salariales pour que les salariés puissent faire face à une inflation record.

Fidèle à sa vision de la valeur des salariés, la Fédération des Industries Avicoles nous a communiqué que non seulement elle n’avait pas de projet d’augmentation des salaires, mais n’avait surtout pas de mandat pour ouvrir ne serait-ce qu’un début de négociation...

Avec la hausse du Smic au 1er octobre, 4 niveaux de la grille de salaires de la CCN des industries avicoles sont désormais en dessous du Smic. Pour rappel, c’est dans cette branche que l’on trouve le salaire moyen le plus bas du secteur agroalimentaire malgré d’excellents résultats économiques ces dernières années.

De nombreuses entreprises du secteur ont l’audace de se plaindre du manque de main d’œuvre. Mais comment attirer les jeunes avec des conditions salariales pareilles ? Si les employeurs se posaient les bonnes questions, ils auraient les bonnes réponses.

Si aucune date de négociation n’est rapidement communiquée, la FGTA-FO demandera que les négociations se déroulent en commission mixte paritaire, c’est-à-dire avec une intervention de l’État.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière : « Les employeurs ne peuvent pas refuser de payer pour les mobilités »

L’Usine Nouvelle du 27 novembre 2018 par Yves Veyrier

« Le nouveau secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier, regrette que la plupart des salariés financent seuls leurs déplacements domicile-travail, et demande aux employeurs de faire des propositions. Selon lui, les annonces sur la mobilité faites par le gouvernement lundi 26 novembre ne suffiront pas à répondre aux attentes des gilets jaunes. » L’Usine Nouvelle