Salaires : mobilisation inédite des hôtesses et stewards du low cost aérien

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Le Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC-FO) a déposé pour ce mois d’avril des préavis de grève chez Vueling, Ryanair et Volotea. Les revendications sont identiques pour les trois compagnies low cost : une hausse des salaires et de meilleures conditions de travail.

Jusqu’à présent, ils avaient fait le dos rond, par peur de perdre leur emploi. Mais dans le contexte actuel de forte inflation, et alors que l’activité aérienne repart, les personnels navigants commerciaux (PNC) des compagnies low cost Ryanair, Volotea et Vueling ont décidé de se faire entendre et de suivre les préavis de grève déposés par le SNPNC-FO, ultra-majoritaire.

Dans ces entreprises qui proposent des tarifs extrêmement bas, les rémunérations et les conditions de travail sont souvent déplorables : salaires frôlant le Smic, heures supplémentaires non payées, attribution de congés payés sous les minima légaux, temps de repos réduits... Chez Ryanair, c’est même au personnel d’acheter son uniforme.

Ne pas laisser les compagnies s’affranchir du Code du travail

Chez Vueling, le préavis de grève a suffi pour lancer des négociations. Les salariés ont obtenu une augmentation générale de 150 euros brut dès un an d’ancienneté. Chez Ryanair en revanche, les discussions patinent. La colère des salariés a éclaté en mars, lorsque deux hôtesses ont été mises à pied et menacées de licenciement pour avoir bu une canette de soda en vol sans l’avoir préalablement payée. Car jusqu’à présent, la direction refuse d’offrir eau et nourriture à bord pour les équipages.

À la suite d’un préavis de grève de FO, ces sanctions ont été levées. Mais d’autres revendications ont émergé et le personnel navigant a fait grève le 9 avril, une première. La direction a fait des propositions salariales, mais ce qu’elle donne d’un côté, elle le récupère d’un autre, dénonce Stéphane Salmon, secrétaire général adjoint du SNPNC-FO, qui n’exclut pas une nouvelle grève.

Chez Volotea aussi le bras de fer se durcit. Les PNC et les pilotes ont cessé le travail le week-end de Pâques. Face au silence de la direction, le préavis du SNPNC-FO a été prolongé jusqu’à fin mai. La bataille se déroule aussi au tribunal. Le syndicat attaque doublement la compagnie, pour non-respect du temps de travail et contournement du droit de grève.

À nouveau, le SNPNC-FO et la fédération FEETS-FO en appellent aux autorités pour ne pas laisser les compagnies s’affranchir du Code du travail.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Air France : quatrième grève pour les salaires ce 30 mars… Avant celles des 3 et 7 avril

Transport aérien par  Valérie Forgeront

Mais combien faudra t-il de journées de grève avant que la direction d’Air France accepte de rouvrir une négociation salariale ? Après une grève le 22 février puis une autre le 27 février puis une autre encore le 23 mars, une nouvelle journée d’action est programmée ce vendredi 30 mars assortie d’un rassemblement à 10h devant le siège de la compagnie sur le site de Roissy.