Salauds de pauvres !

Protection sociale par Evelyne Salamero

Au motif de lutter plus efficacement contre la pauvreté, le président de la République veut « responsabiliser »… les pauvres. Haro donc sur les aides sociales.

Selon le président de la République, les minima sociaux coûtent un pognon de dingue au pays sans que l’on parvienne à endiguer la pauvreté. Sa solution ? Ne surtout pas s’interroger sur les raisons profondes de cette pauvreté persistante (chômage, précarité, salaires insuffisants, course aux profits et aux dividendes...), mais contrôler davantage les pauvres et accompagner et responsabiliser celles et ceux qui peuvent revenir vers le travail, mais qui ont eu le réflexe de s’installer dans une forme d’exclusion. Et de marteler : Nous avons aujourd’hui 50 % de celles et de ceux qui sont au RSA qui, après quatre années, sont toujours au RSA.

La confédération FO a immédiatement réagi par communiqué à ces propos tenus par le chef de l’État devant le congrès de la Mutualité à Montpellier le 13 juin, lui opposant des chiffres édifiants.

La confédération FO appelle à la plus grande fermeté pour préserver le modèle social et républicain

[…] Les deux tiers des adultes en situation de pauvreté ont un emploi ou en recherchent activement un ; un SDF sur quatre a une activité, indique notamment la confédération. De plus, rappelle-t-elle, ces aides permettent aussi à ceux qui se maintiennent juste au-dessus du seuil de pauvreté, mais aussi aux classes moyennes de ne pas sombrer dans la pauvreté lorsqu’ils sont confrontés aux aléas de la vie. Sans ces aides publiques, de source officielle, la part de la population en deçà du seuil de pauvreté exploserait de 14 % à 22 %.

Face à ce nouveau coup porté contre notre modèle social et républicain, la confédération FO appelle à la plus grande fermeté pour [sa] préservation

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Question de « pognon »

Revue de presse par Michel Pourcelot

La phrase du président de la république sur le « pognon de dingue » mis « dans les minimas sociaux », prononcée dans une vidéo publiée mardi 12 juin, a fait ruisseler beaucoup d’encre dans les médias, d’autant qu’elle intervenait après plusieurs déclarations émanant de l’exécutif évoquant des refontes, voire des coupes, dans des aides sociales « qui ne marchent pas ». Aperçus.

Offensive gouvernementale contre les aides sociales

Protection sociale par Nadia Djabali

Bien que toutes les études sérieuses affirment le contraire, le gouvernement juge les aides sociales inefficaces. Un argument destiné à faire des économies sur les aides ciblant les plus pauvres. Force Ouvrière appelle à la plus grande fermeté pour la préservation du modèle social et républicain.