Santé : pour un changement radical, FO-SPS lance la grève illimitée

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

© F. BLANC

Il est urgent de réagir et d’arrêter les constats et missions flash en tout genre, l’heure est désormais à l’action, assène FO-SPS qui revendique plus que jamais un plan Marshall de la santé.

I l y avait eu les mesures censées permettre aux urgences de tenir le coup pendant l’été, il y a eu le 6 décembre 2022 l’annonce par le président de la République d’un plan censé permettre au système de santé de sortir de ce jour de crise sans fin. Pour Emmanuel Macron, il faut, entre autres, mettre fin à la tarification à l’acte (T2A) en 2024 ou encore réorganiser le travail à l’hôpital d’ici le 1er juin. Il pointe l’hyper rigidité des 35 heures, organisation qui ne marche qu’avec des heures supplémentaires. Les soignants, eux, continuent d’appeler à l’aide l’exécutif. On attend un plan Marshall, dont le recrutement de 200 000 agents dans les secteurs sanitaire, social et médico-social, martèle Didier Birig, le secrétaire général de FO-SPS.

La demande d’un plan pluriannuel

La fédération, qui a déposé un préavis de grève illimitée, effectif depuis le 10 janvier, s’oppose au projet sur les retraites. Le gouvernement vise un recul de l’âge légal de départ, entre autres pour les agents relevant du service actif, ce qui concerne notamment quelque 300 000 hospitaliers (certaines infirmières, aides-soignants...). L’indignation est forte, à la hauteur de l’usure des agents qui, sans moyens ni effectifs supplémentaires, gèrent chaque jour, notamment aux urgences, le flux et le stock des patients, tandis que l’aval des urgences ressemble à un goulot d’étranglement, indique Didier Birig. Par des textes fort opportunément signés fin décembre, le gouvernement a tenté de menus cadeaux de Noël pour calmer la colère dans les services. Ainsi, la prolongation de la majoration des heures de nuit, à 2,12 euros contre 1,06 euro. Désuet et qui n’améliore pas l’attractivité des carrières. Il ne faut pas se moquer du monde !, réagissait Didier Birig, et de rappeler qu’il n’y a toujours rien concernant la revalorisation du travail du dimanche et des jours fériés. On attend des mesures fortes, concrètes, pour la santé, pour l’hôpital. Et avec un plan pluriannuel. Mais pour l’instant, aucun rendez-vous n’est prévu avec le ministère. Tout se passe dans le Conseil national de la refondation !. Ces dernières semaines, dans plusieurs hôpitaux, comme à Metz ou à Sarreguemines, les médecins ont placé en arrêt maladie des dizaines d’agents, certains au bord du burn-out. Beaucoup aussi démissionnent et quittent l’hôpital.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Personnels de Santé : ils exigent des réponses à la hauteur

InFO militante par  Valérie Forgeront

Des dizaines et des dizaines de milliers de personnels des établissements de Santé, publics et privés, ont quitté leurs services pour descendre dans les rues ce mardi 16 juin à l’appel de plusieurs syndicats dont FO. Dans plus de 220 cortèges sur le territoire, ils ont demandé, entre autres, des moyens pour les hôpitaux et de meilleures rémunérations.

L’hôpital dans la deuxième vague : FO exige des effectifs supplémentaires

Les Dossiers de L’inFO militante par  Michel Pourcelot, L’Info Militante

« Nous sommes submergés par l’accélération soudaine de l’épidémie », déclarait le chef de l’État le 28 octobre. L’hôpital public doit faire face à cette nouvelle vague alors que ses agents sont épuisés par une charge de travail qui n’a cessé d’augmenter, particulièrement depuis la crise sanitaire.

Les blouses blanches dans la rue

Revue de presse par Christophe Chiclet

Jeudi 14 novembre, des milliers de professionnels de la santé, toutes catégories confondues, ont manifesté dans toute la France. A l’issue de cette nouvelle journée de contestation, l’exécutif annonçait qu’il ferait très bientôt des propositions pour l’hôpital. Aperçu dans la presse.