Scopelec en péril

Fédération FO Métaux par Métaux

© Sebastien ORTOLA/REA

Communiqué de FO Métaux

Le groupe Scopelec, première Scop de France avec ses 3 800 salariés, est en danger suite à la décision d’Orange de ne pas renouveler un marché d’exploitation et de maintenance des réseaux télécom à hauteur de 150 millions d’euros annuels.

Voilà près de 50 ans que cette société coopérative et participative travaille avec succès au déploiement d’infrastructures de télécommunications sur l’ensemble du territoire national. Aujourd’hui, le choix d’Orange, dont Scopelec est le premier partenaire, ne met pas seulement en péril les 1 910 emplois directement impliqués dans ce contrat à travers toute la France, il compromet également l’installation de la fibre optique dans notre pays et promet une dégradation inéluctable du réseau. A terme, enfin, c’est l’ensemble de l’entreprise qui risque de ne pas se relever de ce coup dur.

Face à cette situation inacceptable, la Fédération FO de la métallurgie et ses représentants en Midi-Pyrénées demandent à Orange de s’engager sur le renouvellement du contrat d’exploitation afin de maintenir l’emploi en France et d’assurer la continuité des nécessaires opérations de déploiement. Elle assure également de son soutien les équipes syndicales sur le terrain et l’ensemble des salariés de la Scop, tous engagés pour sauver leur coopérative et leurs emplois.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Chômage : champion toutes catégories, halo quoi...

Revue de presse par  Michel Pourcelot

S’appuyant sur des chiffres publiés le 25 octobre par le ministère du Travail, le gouvernement s’est félicité d’une baisse historique du chômage et de l’inversion de sa courbe, laissant septiques opinion et médias face aux chiffres en dents de scie qui ne cessent de se succéder. Entre courbes et (...)

De 25 000 à 30 000 emplois menacés dans les banques

Emploi et salaire par Clarisse Josselin

Malgré les milliards d’euros de bénéfices engrangés par les banques en 2016, les plans sociaux se multiplient, des agences ferment, les salaires stagnent et les conditions de travail se dégradent dans la branche. FO lance l’alerte et en appelle au gouvernement.