Scopelec : la pression monte

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

Sortie de crise en vue, ou au contraire, aggravation de la situation chez Scopelec ? L’ouverture d’une procédure de sauvegarde le 17 mars, à la demande de la direction de l’entreprise, laisse la question en suspens. Pour les métallos FO, majoritaires chez Scopelec, première SCOP de France avec ses 3 600 salariés, il est à présent urgent d’agir pour préserver les emplois et l’activité. Le 14 mars s’est réunie à Montrouge une intersyndicale afin de discuter des actions à mener. Le 22 mars, avec l’ensemble des syndicats du groupe, ils iront manifester à Issy-les-Moulineaux, devant le siège d’Orange, qui est à l’origine de cette situation et qu’ils appellent à prendre ses responsabilités.

Depuis fin novembre 2021, Scopelec est en danger suite à la décision d’Orange de ne pas renouveler un marché d’exploitation et de maintenance des réseaux télécom à hauteur de 150 millions d’euros annuels. Cette décision ne met pas seulement en péril les 1 910 emplois directement impliqués dans ce contrat à travers toute la France, elle compromet également l’installation de la fibre optique dans notre pays et promet une dégradation inéluctable du réseau.

Aujourd’hui, lundi 21 mars, le Comité Social et Economique a été réuni pour une consultation sur une convention en tripartite Scopelec SAS. Le syndicat FO Métaux a jugé que les mesures d’accompagnement temporaire de la décroissance restent insuffisantes, en particulier concernant l’indemnisation financière du préjudice global que subissent les salariés.

Alors que la fin des contrats intervient à la fin du mois, il n’y a d’autre choix que de faire monter la pression ! La Fédération FO de la métallurgie se tiendra aux côtés des salariés, comme elle l’a fait depuis le début de l’affaire.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Scopelec en péril

Fédération FO Métaux par Métaux

Le groupe Scopelec, première Scop de France avec ses 3 800 salariés, est en danger suite à la décision d’Orange de ne pas renouveler un marché d’exploitation et de maintenance des réseaux télécom à hauteur de 150 millions d’euros annuels.