Communiqué de FO

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes : pas d’égalité professionnelle sans élimination de toutes les formes de violences

, Anne Baltazar, Secteur Égalité professionnelle

Recommander cette page

FO s’inscrit pleinement et s’associe à la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes également soutenue par la CSI (Confédération Internationale des Syndicats).

Au niveau international, Force Ouvrière est en effet fortement impliquée pour l’adoption d’une norme contraignante par l’Organisation Internationale du Travail contre les violences sexistes et sexuelles.

Au niveau national, notre organisation mène un double combat syndical pour l’égalité professionnelle qui ne peut se réaliser sans lutter contre les violences sexistes et sexuelles au travail.

Ces violences impactent non seulement l’emploi mais portent aussi atteinte à la santé physique et mentale des femmes.

Il implique donc de combattre toutes ces formes de violences.

C’est en luttant quotidiennement contre les préjugés et stéréotypes sexistes, en informant et en sensibilisant sur ces sujets, en mettant en place des actions de prévention mais aussi en aidant les salariées victimes de violences dans leurs démarches que l’on pourra contribuer à faire avancer l’égalité professionnelle.

D’autres actions sont aussi à utiliser le cas échéant : le droit d’alerte dans le cadre des institutions représentatives du personnel ou mener une action de substitution.

Pour FO, un arsenal juridique complet assorti de véritables moyens humains et financiers est indispensable, force est pourtant de constater que ces derniers continuent d’être insuffisants pour faire respecter les droits des salariés et salariées.

A propos de cet article

Sur les auteurs

Anne Baltazar

Conseillère auprès du Secrétaire général Chargée du Handicap



Voir le site internet - Handicap et Travail

Envoyer un message à Anne Baltazar

Site internet : https://twitter.com/anne_baltazar
Secteur Égalité professionnelle

Secteur Égalité professionnelle
CGT-FO
141 avenue du Maine
75680 Paris Cedex 14
01 40 52 85 53

Envoyer un message à Secteur Égalité professionnelle

Site internet : http://egalitepro.force-ouvriere.org/

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Jeudi 19 juillet de 12h00 à 12h35

    RMC
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « Les Grandes Gueules – Le Grand Oral (...)
  • Jeudi 19 juillet de 14h30 à 14h45

    France 24
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « L’invité de l’éco ».

Éphéméride

18 juillet 1863

Naissance de Georges Yvetot
Naissance de Georges Yvetot, syndicaliste révolutionnaire, une des figures représentatives de la confédération générale du travail, avant la première guerre mondiale. Ouvrier typographe, il milita d’abord dans le mouvement coopératif, puis sous l’influence de Pelloutier, il devient un des animateurs les (...)

Naissance de Georges Yvetot, syndicaliste révolutionnaire, une des figures représentatives de la confédération générale du travail, avant la première guerre mondiale. Ouvrier typographe, il milita d’abord dans le mouvement coopératif, puis sous l’influence de Pelloutier, il devient un des animateurs les plus passionnés et les plus résolus du syndicalisme libertaire. Après la mort de Fernand Pelloutier, il dirigea la Fédération des Bourses, dans la conception révolutionnaire de son maître. Dans ses articles virulents de La Voix du Peuple, et dans ses brochures, intitulées : L’ABC syndicaliste et Manuel du Soldat, Yvetot préconisa la grève générale t l’action directe pour une révolution sociale qui abolit radicalement la propriété individuelle et le système capitaliste de la production. Au Congrès de Bourges de 1904, il défendit l’indépendance syndicale et combattit la collaboration avec les partis politiques. Pour sa propagande antimilitariste acharnée et irréductible, il fut souvent poursuivi par les gouvernements et emprisonné à la Santé et à Clairvaux. Pour son intransigeance doctrinale et pour sa réputation de vouloir « mordre » ses ennemis, on l’avait surnommé le « bouledogue » de la CGT. Yvetot fut un exemple de courage, de désintéressement, de modestie et de loyauté et comme disait Marcel Sembat, lors d’un procès d’Yvetot à Nantes, lorsqu’il fut condamné à quatre ans de prison pour agitation antimilitariste, « c’est un militant ardent et sincère, d’une grande droiture d’âme, au langage vif et châtié ».