Secteur pétrolier : Le silence des raffineries

Emploi et Salaires par Nadia Djabali

Article publié dans le Dossier Loi Travail
51 % des salariés de la raffinerie de Grandpuits ont voté la grève jusqu’au 3 juin au moins. © Olivier SAINT-HILAIRE/HAYTHAM-REA

« D’habitude, on parcourt les sites avec des protections contre le bruit, raconte Jeff Vapillon, secrétaire FO de la raffinerie de Feyzin (Rhône). Aujourd’hui, tout est silencieux. C’est étrange. » Les sites de Donges et Feyzin ont voté la grève illimitée jusqu’au retrait de la loi Travail. Chez Ineos, Exxon et Total, quand les raffineries ne sont pas à l’arrêt elles ne procèdent plus aux expéditions, comme à La Mède ou à Fos-sur-Mer.

Le site de Notre-Dame de Gravanchon est dans l’incapacité de produire, le dépôt de la CIM, au Havre, étant en grève. Avec le dépôt de Gargenville, également en grève, c’est 60 % de l’approvisionnement de la région parisienne qui est touché. Ces deux dépôts ravitaillent les aéroports parisiens. Effet boule de neige en perspective…

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Loi travail : Tout tremble, mais rien ne bouge !

Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL

Les organisations syndicales en lutte contre la loi travail affirment avec force leur détermination à défendre l’intérêt de tous les salarié-es actuel-les et futur-es. Elles relèvent avec intérêt l’évolution de certaines organisations syndicales qui ne sont pas dans l’action mais qui expriment leur (...)

Quand #Onvautmieuxqueça démode « Parce que je le vaux bien »

Propagande 2.0 par  Mathieu Lapprand

L’irruption de #Onvautmieuxqueça, un hashtag (voir ci-dessous) en forme de mot d’ordre, qui s’est propagé sur tous les réseaux sociaux depuis le 24 février dernier, traduit le ras-le-bol d’une génération vis-à-vis de la précarité comme unique horizon professionnel… mais c’est aussi une réponse à un slogan (...)

Loi Travail - « Ici, maintenant et demain »

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Une série de rencontres bilatérales, faisant suite à notre demande, a eu lieu avec le Premier ministre.

Déterminés et pragmatiques, nous avons obtenu que la branche, c’est-à-dire les conventions collectives nationales, continue à jouer un rôle demain.