Secteur pétrolier : Le silence des raffineries

Emploi et Salaires par Nadia Djabali

Article publié dans le Dossier Loi Travail
51 % des salariés de la raffinerie de Grandpuits ont voté la grève jusqu’au 3 juin au moins. © Olivier SAINT-HILAIRE/HAYTHAM-REA

« D’habitude, on parcourt les sites avec des protections contre le bruit, raconte Jeff Vapillon, secrétaire FO de la raffinerie de Feyzin (Rhône). Aujourd’hui, tout est silencieux. C’est étrange. » Les sites de Donges et Feyzin ont voté la grève illimitée jusqu’au retrait de la loi Travail. Chez Ineos, Exxon et Total, quand les raffineries ne sont pas à l’arrêt elles ne procèdent plus aux expéditions, comme à La Mède ou à Fos-sur-Mer.

Le site de Notre-Dame de Gravanchon est dans l’incapacité de produire, le dépôt de la CIM, au Havre, étant en grève. Avec le dépôt de Gargenville, également en grève, c’est 60 % de l’approvisionnement de la région parisienne qui est touché. Ces deux dépôts ravitaillent les aéroports parisiens. Effet boule de neige en perspective…

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

9 avril : 200 cortèges dans toute la France

Mobilisation
 par Nadia Djabali

20 000 manifestants à Toulouse, 15 000 à Nantes, 5 000 à Caen, 4 000 à Lille, 3 000 à Strasbourg, 1 500 à Nîmes et au Mans. Ce samedi 9 avril, 200 cortèges étaient prévus dans toute la France malgré le début des vacances de printemps pour les zones A et B. « C’est un mouvement qui s’inscrit dans la durée, précise Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO. Nous entamons le deuxième mois de mobilisation. Pour le CPE, elle avait duré trois mois. »