Secteur pétrolier : Le silence des raffineries

Emploi et Salaires par Nadia Djabali

51 % des salariés de la raffinerie de Grandpuits ont voté la grève jusqu’au 3 juin au moins. © Olivier SAINT-HILAIRE/HAYTHAM-REA

« D’habitude, on parcourt les sites avec des protections contre le bruit, raconte Jeff Vapillon, secrétaire FO de la raffinerie de Feyzin (Rhône). Aujourd’hui, tout est silencieux. C’est étrange. » Les sites de Donges et Feyzin ont voté la grève illimitée jusqu’au retrait de la loi Travail. Chez Ineos, Exxon et Total, quand les raffineries ne sont pas à l’arrêt elles ne procèdent plus aux expéditions, comme à La Mède ou à Fos-sur-Mer.

Le site de Notre-Dame de Gravanchon est dans l’incapacité de produire, le dépôt de la CIM, au Havre, étant en grève. Avec le dépôt de Gargenville, également en grève, c’est 60 % de l’approvisionnement de la région parisienne qui est touché. Ces deux dépôts ravitaillent les aéroports parisiens. Effet boule de neige en perspective…

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Énergie : Du biocarburant à la Mède ? Pourquoi pas pour FO

Emploi et Salaires

La raffinerie de la Mède, qui appartient au groupe Total, pourrait devenir une bioraffinerie, une nouvelle plutôt encourageante pour FO. Cette transformation donnerait une pérennité de 15 à 20 ans au site selon la direction, qui assure souhaiter conserver les personnels et maintenir les métiers. (...)