Embellie

Sécurité sociale : déficit en baisse

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

L’amélioration des comptes de la Sécu s’explique par la hausse des créations d’emplois l’année dernière.

Les comptes de la Sécurité sociale ont continué à se redresser en 2017. C’est ce qu’indiquent des chiffres définitifs, communiqués le 15 mars par la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn et le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin.

Le déficit de la Sécurité sociale, régime général et Fonds de solidarité vieillesse (FSV) inclus, a diminué de 2,7 milliards d’euros en 2017 par rapport à l’année précédente. Il s’établit ainsi à -5,1 milliards d’euros en 2017, contre -7,8 milliards en 2016. Le solde des comptes de la Sécurité sociale et du FSV s’avère en légère amélioration par rapport à l’objectif voté dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, qui tablait sur un déficit de 5,2 milliards d’euros pour 2017.

Ces « bons résultats » s’expliquent par la hausse des créations d’emplois. La croissance de la masse salariale s’est avérée supérieure aux prévisions : +3,5 % enregistrés par l’Acoss, alors que la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 avait estimé cette croissance à +3,3 %. Une situation qui a permis de générer des rentrées supplémentaires de cotisations pour la Sécurité sociale (lire Focus).

Maîtrise des dépenses de santé

Les ministres de la Santé et des Comptes publics imputent en outre le redressement des comptes à une maîtrise d’ensemble des dépenses et au respect de l’objectif national des dépenses d’Assurance maladie (ONDAM). Fixée initialement à 2,1 %, l’évolution des dépenses de santé a été contenue à 2,2 % en 2017.

Dans le détail, le déficit de la branche maladie se maintient à 4,9 milliards d’euros en 2017, contre 4,8 milliards en 2016. Dans les faits, les comptes de l’Assurance maladie se sont améliorés d’environ 1 milliard d’euros, en tenant compte de recettes de TVA désormais affectées à l’Acoss pour le financement du dispositif de compensation des exonérations de cotisations salariales de l’Assurance chômage.

La branche retraite a doublé son excédent, qui s’établit à 1,8 milliard d’euros contre 0,9 milliard en 2016. La branche Accidents du travail-Maladies professionnelles (AT-MP) améliore légèrement son excédent à 1,1 milliard d’euros, contre 0,8 milliard en 2016.

Quant au Fonds de solidarité vieillesse, qui finance par l’impôt les cotisations retraite des chômeurs et le minimum vieillesse, son déficit a baissé, passant de 3,6 milliards d’euros en 2016 à 2,9 milliards en 2017. Le déficit du FSV passe sous la barre des 3 milliards d’euros pour la première fois depuis cinq ans.

 

Focus : Les créations d’emploi boostent les comptes de la Sécu
L’économie française a généré la création de 268 800 emplois de salariés, tous secteurs confondus, en 2017. Le secteur privé a totalisé 277 700 créations d’emplois. Cette embellie sur le front de l’emploi a permis des rentrées supplémentaires de cotisation pour la Sécurité sociale. Les recettes supplémentaires de la Sécu, en lien avec les créations d’emplois, ont atteint un montant de 1,2 milliard d’euros.