Sécurité sociale : les salariés en grève contre un projet de classification

Service Public par Françoise Lambert

Le 25 juin 2019, à Paris, les agents se sont rassemblés devant le ministère de la Santé. © SNFOCOS

Le 25 juin, les salariés de la Sécurité sociale ont massivement répondu à l’appel à la grève et à des rassemblements, lancé par l’ensemble de leurs organisations syndicales, dont FO. Ils protestent contre le projet de nouvelle classification et demandent la réouverture des négociations. Ils ont obtenu un premier recul de la direction.

Le 25 juin, les salariés de tous les organismes de Sécurité sociale (Caisses primaires d’assurance maladie, Caisses d’allocations familiales, URSSAF, Caisses d’assurance retraites et de la santé au travail, Service médical, Agences régionales de santé…) étaient mobilisés. Ils ont massivement répondu à l’appel à la grève et à des rassemblements lancés par l’ensemble de leurs fédérations syndicales, dont la Fédération des employés et cadres pour Force Ouvrière. La date choisie coïncidait avec celle d’une réunion paritaire nationale.

Non à la suppression de l’ancienneté

Les salariés de la sécu et leurs syndicats protestent contre un projet de nouvelle classification présenté par la direction, l’UCANSS (Union nationale des caisses de Sécurité sociale). Le texte, s’il est adopté en l’état, supprimerait l’avancement automatique en lien avec l’ancienneté et remettrait en cause l’augmentation collective de la valeur du point pour les 150 000 salariés des organismes de Sécurité sociale.

Pour une augmentation de l’enveloppe financière

FO et les autres syndicats revendiquent donc le retrait de projet de classification et l’ouverture d’une négociation loyale avec un calendrier ouvert. Ils revendiquent aussi une augmentation de l’enveloppe financière allouée à l’augmentation des rémunérations.

Ils l’ont dit le 25 juin par la grève, et avec de nombreux rassemblements devant les organismes sociaux de Sécurité sociale, un peu partout en France. A Paris, les agents se sont rassemblés devant le ministère de la Santé.

Les fédérations syndicales ont été reçues au ministère de la Santé, puis à la direction de l’UCANSS.

Un recul obtenu par la mobilisation

Leurs représentants ont obtenu un allongement du calendrier des négociations, avec la poursuite des discussions au-delà du mois de septembre. La direction a également accepté de retirer le point qui remettait en cause l’ancienneté, complète Laurent Weber, secrétaire général de la section Organismes sociaux de la Fédération des employés et cadres FO (FEC-FO), Ce recul a été obtenu grâce à la mobilisation des personnels de la sécu.

Nous allons cependant rester très vigilants dans la suite de la négociation, car le ministère a refusé d’augmenter l’enveloppe financière allouée aux rémunérations, prévient-il.

Une prochaine réunion entre la direction et les syndicats est prévue le 9 juillet, puis les négociations reprendront à la rentrée.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Quand la Cour des comptes distribue ses bons ou mauvais points

Rapport 2018 par Valérie Forgeront

Elles sont classées du vert au rouge. Elles, ce sont les recommandations faites les années précédentes par la Cour des comptes. Des recommandations plus ou moins suivies par les pouvoirs publics. Au fil d’un pavé de plus de cinq cents pages, les magistrats de la rue Cambon reviennent sur le degré d’application de leurs préconisations.

Hôpitaux : problèmes d’hypertension

Revue de presse par Michel Pourcelot

Au lendemain de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, et avant la nouvelle mobilisation nationale du 1er octobre contre les politiques d’austérité dans les établissements hospitaliers, la presse s’est penchée sur l’hôpital public en souffrance, examinant diagnostics et remèdes.

Les personnels hospitaliers avec FO ne lâchent rien sur leurs revendications !

Service Public par Services publics et de Santé

Depuis des semaines et des mois, les conflits se succèdent dans les hôpitaux, le secteur médico-social, les Ehpad et les cliniques (Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, CHU de Nantes, de Tours, de Bordeaux, CH de Cayenne, CH du Mans, de Saint-Nazaire, du Contentin, CHS du Vinatier, CHS du Rouvray, de l’Yonne, de Sainte-Gemmes, de Saint Egrève, …).