Smic : pas de coup de pouce en 2018

Economie par Nadia Djabali

Danger, faute économique et sociale, non-sens, c’est en ces termes que Force Ouvrière a accueilli les premières propositions du nouveau groupe d’experts sur le Smic. Fin novembre, ce dernier a non seulement recommandé de s’abstenir de tout coup de pouce, mais a également préconisé de modifier la formule de revalorisation du Smic. Les deux pistes proposées : Une suppression des deux termes de revalorisation automatique (l’inflation et la moitié de la progression du pouvoir d’achat du salaire horaire de base des ouvriers et employés, le SHBOE) ou la suppression du seul second terme.

Cette proposition de désindexation a tué dans l’œuf tout débat sur la nécessité d’un coup de pouce, regrette Force Ouvrière qui défend le principe de la revalorisation automatique du Smic. Nous continuons à revendiquer une hausse du Smic de sorte qu’il atteigne progressivement 80 % du salaire médian (soit 1 841 euros brut mensuels), a déclaré Marie-Alice Medeuf-Andrieu, secrétaire confédérale, à la Commission nationale de la négociation col­lective.

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

CICE : une mesure qui a déjà perdu tout crédit

InFOéco n°92 du 29 septembre 2014 par Pascal Pavageau

Alors que la situation économique reste à bien des égards catastrophique, le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) est devenu une réalité concrète dans les comptes d’un nombre croissant d’entreprises.

Conflit des routiers : les négociations reprendront le 26 mars

Toute l’actualité par Clarisse Josselin

Après 24 heures de grève à l’appel d’une intersyndicale dont FO, les chauffeurs routiers ont obtenu la reprise des négociations salariales. Ils ont levé les derniers barrages le 17 mars au matin. À la demande du gouvernement, une nouvelle réunion de la commission mixte paritaire, entre syndicats et (...)