SNCF : FO-Cheminots fustige l’aumône salariale

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Seulement 1,8% d’augmentation générale au 1er janvier 2024 à la SNCF… Mais de qui se moque-t-on ?, réagissait le 10 novembre, dans un communiqué, FO-Cheminots, alors que deux jours plus tôt la direction avait fait connaître sa proposition sur les salaires. Depuis, deux syndicats (non majoritaires à eux deux) ont annoncé signer l’accord salarial. La fédération FO a qualifié, elle, la proposition de la direction d’aumône, alors que depuis 2014, les salaires des cheminots de la SNCF ont reculé de 12% par rapport à la hausse du coût de la vie.

Mesures individuelles et de saupoudrage

La direction, qui prévoit le versement en décembre d’une prime de partage de la valeur (400 euros pour un temps plein) aux quelque 140 000 agents, estime que la hausse des salaires ― à laquelle elle consacrera une enveloppe de 300 millions ― sera de 4,6% en 2024. Mais c’est une moyenne qui intègre des mesures individuelles, ainsi la revalorisation de différentes primes (pour le travail de nuit, les jours fériés…) et des mesures pour les bas salaires. Illustration de la réalité de ces bas salaires dans l’entreprise… la direction assure qu’au 1er janvier prochain, aucun salaire ne sera inférieur au Smic annuel majoré de 10%. À la SNCF ― comme dans les trois versants de la fonction publique ou encore dans de nombreuses branches du secteur privé ―, la grille de salaire subit un écrasement et les salaires d’entrée les plus bas sont régulièrement menacés de passer sous le Smic à chaque revalorisation de celui-ci.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.