Souriez, la « République numérique » vous protège

Consommation par Michel Pourcelot

Annoncée avec e-tambours et cyber-trompettes, voici la « République numérique ». Sa devise : Liberté d’innover, Égalité des droits, Fraternité d’un numérique accessible à tous, et exemplarité d’un État qui se modernise. Son texte fondateur : la loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique, plus connue sous le nom de loi Lemaire.

La République du 21e siècle sera nécessairement numérique », annonce une plume du site gouvernemental, tel un Malraux de l’ère électronique, sans trop se soucier des fracturés numériques qui vont rester sur le bord des « autoroutes de l’information : 15 % des Français n’ont toujours pas Internet à domicile et 20 % de citoyens se considèrent comme e-illettrés, selon une responsable de l’Agence du numérique, un service qui a l’ambition d’incarner une forme d’administration agile, créative, proche des acteurs de terrain. Une proximité relative. En Haute-Garonne, il s’est révélé nécessaire d’apporter le très haut débit à 500 000 personnes supplémentaires par rapport à aujourd’hui.

Les e-consommateurs moins pris dans la Toile

21 330

internautes ont participé à la e-consultation publique sur la loi Numérique, proposée sur le Net pendant trois semaines.

Contrepartie à la dématérialisation à outrance, notamment des services publics, que dénonce FO, des garanties sont promises aux internautes (protection des données personnelles, mort numérique, droit à l’oubli des mineurs, portabilité des données). Elles sont par ailleurs déjà programmées par la législation européenne qui doit entrer en vigueur en mai 2018. Au moment où la confiance dans le Net est pour la première fois en baisse et alors que le haut débit et le e-commerce sont à la traîne par rapport aux autres pays européens, la loi Numérique vient apporter des améliorations au profit des e-consommateurs. L’AFOC leur consacre un dossier détaillé dans ses Cahiers de mars-avril-mai 2017 (n°233). Elles concernent notamment la loyauté des plates-formes et l’information des consommateurs, les avis en ligne et le droit au maintien de la connexion à Internet, le fournisseur d’accès (FAI) devant préserver un accès fonctionnel aux services de communication au public en ligne et aux services de courrier électronique. Dont les factures...

 

Zoom : Les formes des plates-formes
Selon la nouvelle loi Numérique, les opérateurs de plate-forme en ligne sont toute personne physique ou morale proposant, à titre professionnel, de manière rémunérée ou non, un service de communication au public en ligne, que ce soit en termes de classement, référencement, fourniture, échange ou partage de contenus, biens ou services (article L. 111-7).

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Stop aux lingettes dans les WC

Consommation par AFOC

Les systèmes d’assainissement dans les stations d’épuration reçoivent de plus en plus de produits non biologiques à l’origine de dysfonctionnements sur le réseau. Les lingettes jetées dans les WC en sont en partie responsables : elles bouchent les canalisations, bloquent les pompes de refoulement et (...)

Le chiffre aujourd’hui : 56%

Épargne par Michel Pourcelot

Faute de ne pas gagner assez d’argent, 56% des Français déclarent ne pas pouvoir épargner en vue de la retraite. D’autre part, 62 % d’entre eux s’inquiètent de leur avenir financier. Ils ne sont d’ailleurs que 3% à penser qu’économiquement parlant les choses vont s’améliorer. C’est d’un sondage pour un (...)

Fini le chauffage collectif

Consommation par Evelyne Salamero

La loi sur la transition énergétique promulguée le 18 août 2015 généralise l’obligation de mise en œuvre de systèmes d’individualisation des frais de chauffage. Tous les immeubles d’habitation pourvus d’un chauffage collectif et ne présentant pas de contraintes techniques majeures sont concernés. Ils (...)