Sourire à la vie et se battre, sans relâche

Portrait par Evelyne Salamero

Secrétaire général du syndicat FO Bordeaux Métropole, Raymond Léglise a commencé à travailler comme éboueur à l’âge de 16 ans et s’est arrêté, par force, à 51 ans, après un grave accident du travail.

« J’ai trente-cinq ans de benne derrière moi », résume Raymond en souriant, car malgré les soucis, les galères, la fatigue, la maladie, qu’il a l’air de bien connaître mais dont il parle avec parcimonie, pas question de ne pas « sourire à la vie », comme il dit. Aujourd’hui âgé de 58 ans, permanent syndical, il n’a pas hésité à se placer en première ligne dans le conflit qui oppose les éboueurs et agents de la voirie et des déchèteries des 27 communes de la métropole aux élus et à leur hiérarchie.

« On se bat aussi pour nos enfants »

Ces fonctionnaires de catégorie C, qui gagnent entre 1 200 et 1 500 euros net par mois au maximum, revendiquent notamment que leur régime indemnitaire soit renégocié (comme promis en 2012) et s’opposent à une hausse de leur cotisation à la mutuelle. Levé à 3h du matin pour les assemblées générales au moment des premières embauches, couché à pas d’heure, Raymond ne ménage pas ses forces. « On se bat aussi pour nos enfants », explique-t-il. Sa fille est en quatrième année de médecine et son fils, titulaire d’un master 2 en ingénierie-imagerie, ne se voit proposer que des stages non rémunérés en guise d’emploi et vit du RSA à l’âge de 30 ans. « La violence elle est aussi là », souffle le militant, avant de conclure : « On n’a pas le choix, la solution c’est de continuer à se battre. » 

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Éboueurs de Bordeaux : les raisons de la colère

Grève par Evelyne Salamero

La grève des éboueurs de Bordeaux Métropole se poursuit ce lundi 27 juin et le Conseil communautaire refuse toujours de négocier. Il y a trois jours, vendredi 24 juin, plusieurs ont laissé exploser leur colère lors d’un rassemblement et tenté d’envahir la salle où se réunissait le Conseil communautaire (...)

5 décembre : mobilisation interprofessionnelle massive !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Malgré des signaux révélateurs d’un rejet massif du régime de retraite par points, le gouvernement poursuit son projet de réforme qui aura pour conséquences de diminuer le niveau des pensions et de dégrader les droits de toutes et tous, particulièrement des plus précaires et des femmes.

36 jours sans trêve, on continue !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Une nouvelle fois, la mobilisation ce 9 janvier a été exceptionnelle par son ampleur et son caractère interprofessionnel. Elle s’inscrit dans une mobilisation lancée par la grève depuis trente-six jours partout en France.