Communiqué de FO

Sous le soleil Polynésien, les salariés rament !

, Michelle Biaggi

Recommander cette page

Manifestation du jeudi 8 mars 2018 contre la réforme des retraites en Polynésie Française qui a mobilisé plus de 10 000 salariés. Photo : CSTP FO (Confédération des syndicats des travailleurs de Polynésie Force Ouvrière).

Le Secrétaire Général et les membres du Bureau Confédéral apportent tout leur soutien aux adhérents FO de Polynésie ainsi qu’à tous les salariés qui se battent actuellement pour le maintien de leurs acquis sociaux, particulièrement le régime des retraites, la tarification des médicaments, la revalorisation du pouvoir d’achat des salaires, la lutte contre la vie chère, la réforme fiscale et les mesures de protection de l’emploi local.

FO ne peut accepter l’attitude provocatrice et désinvolte du gouvernement local et interpelle les pouvoirs publics nationaux pour trouver les voies et moyens de négociations dans l’intérêt des salariés polynésiens et de l’économie locale.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Michelle Biaggi

Secrétaire confédérale - Secteur organisation


Organisation - Statuts - Outre-Mer - Femmes dans l’Organisation


Envoyer un message à Michelle Biaggi

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

20 février 1908

12 militants de la CGT accusés d’injure à l’armée et de provocation à la désobéissance
Procès retentissant de douze militants de la CGT, accusés par le gouvernement Clemenceau d’injure à l’armée et de provocation à la désobéissance. Le prétexte de ce procès, que Jaurès jugea odieux et contraire au droit, fut le fameux Manifeste adressé à la classe ouvrière et signé par les 77 membres du (...)

Procès retentissant de douze militants de la CGT, accusés par le gouvernement Clemenceau d’injure à l’armée et de provocation à la désobéissance. Le prétexte de ce procès, que Jaurès jugea odieux et contraire au droit, fut le fameux Manifeste adressé à la classe ouvrière et signé par les 77 membres du Comité confédéral, dans lequel la CGT protesta avec énergie contre les tueries abominables de Narbonne et félicitait les soldats qui avaient refusé de tirer sur les ouvriers. cette affaire, venue devant la Chambre, le ministre de la Justice Briand désavoua l’avocat général. Le gouvernement qui voulait atteindre la CGT, fut ridiculisé et condamné. Le jury acquitta les douze militants, parmi lesquels figuraient Griffuelhes, Merrheim, Pouget, Luquet, Delesalle, Monatte, Janvion. L’acquittement a produit une grande joie parmi les travailleurs et a donné une stimulation morale encore plus forte à l’action syndicale.