Statistiques : panorama de la retraite, chiffres clés 2016 du régime général

UCR-FO par Union Confédérale des Retraités-FO

Comme chaque année, la CNAV a dressé un bilan statistique des évolutions en 2016 de la situation des retraités du régime général qui fait ressortir les évolutions significatives intervenues.
Au total, au 31 décembre 2016, la France comptait un peu plus de 14 millions de retraités, dont 43 % ont cotisé à plusieurs régimes de retraite durant leur carrière professionnelle. Sur ces 14 millions, 2,7 millions bénéficient d’une pension de réversion.

Lettre UCR n°99

Sur un plan financier, le régime général de Sécurité sociale a versé 112,9 milliards d’euros, en hausse de + 2,1 % par rapport à 2015. Plus de la moitié des retraités (58,8%) sont assujettis au taux fort (6,6 %) de la Contribution sociale généralisée (CSG), tandis que 12,9 % acquittent le taux réduit de 3,8 %.

Le profil des retraités

L’âge moyen a légèrement augmenté, passant de 73,8 ans en 2015 à 73,9 ans en 2016. Les femmes retraitées restent plus nombreuses que les hommes (7,77 millions contre 6,25).

S’ils sont nombreux à passer leur retraite en Rhône-Alpes (8,9 %) ou dans le sud-est (8 %), les retraités du privé sont aussi très nombreux à choisir de vivre en Ile-de-France (13,3 %) ou en Nord-Picardie (7,8 %).

Des évolutions significatives de l’incidence des choix politiques opérés au cours des dernières années

Alors que le nombre total de retraités progresse et dépasse la barre des 14 millions, le nombre de nouveaux retraités (de droits directs ou dérivés) est en nette diminution par rapport à 2015 (- 5,9 %), une baisse liée essentiellement au recul de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans. 831 376 nouvelles pensions ont été ouvertes en 2015, contre 782 514 en 2016 (sachant que la hausse était en 2015 de + 3,3 % par rapport à 2014).

Un autre changement marquant réside dans le nombre de départs en retraite anticipée pour « carrière longue », en diminution, passant de 171 557 en 2015 à 167 659 départs en 2016. A contrario, le nombre de retraites progressives est en hausse avec 8 895 attributions au cours de l’année 2016 contre 3 871 au cours de l’année 2015.

En revanche, le nombre de retraites progressives (permettant de recevoir une fraction de la pension de retraite de base tout en exerçant une activité à temps partiel) qui ne concerne qu’un faible nombre de personnes, est en forte hausse avec 8 895 attributions an cours de l’année 2016 contre 3 871 en 2015.

Le bilan de l’année 2016 fait en outre ressortir un fait marquant : la fin de la progression continue au cours des dernières années de la pension moyenne des retraités. La pension mensuelle moyenne des nouveaux retraités de droit direct ayant eu une carrière complète au régime général en 2016 (1 107 euros) apparaît en légère baisse vis-à-vis de celle des nouveaux entrants de 2015 (1 112 euros). S’agissant de la pension globale mensuelle moyenne de l’ensemble des retraités du régime général (pour une carrière complète, après application des règles de minimum et maximum et en tenant compte des majorations de 10 % pour enfant), l’évolution est modeste, proche de la quasi-stagnation, passant de 1 037 euros en 2015 à 1 041 euros en 2016, soit une hausse de 4 euros.

Ces évolutions sont en lien direct avec les décisions politiques de non-revalorisation des pensions mises en œuvre depuis 2013, voire de dégradation programmée du pouvoir d’achat des retraités. Pour l’UCR-FO, l’indexation des retraites (et des salaires portés au compte pour le calcul des retraites) sur l’évolution des salaires, reste une revendication majeure.

 

 

 

 

Sur le même sujet

Ces retraités obligés de travailler pour (sur)vivre

Crise par Nadia Djabali

Le nombre de retraités qui travaillent pour arrondir leurs fins de mois est en constante augmentation. Un moyen de gonfler un peu les 687 € de pension mensuelle moyenne versée par la CNAV (hors régimes complémentaires et hors prélèvements sociaux).

Ambiance cacophonie budgétaire et mécontentement social

Emploi et Salaires par  Valérie Forgeront

Aux lois de finances votées en cette fin d’année s’est ajouté un projet de loi voté en urgence le 22 décembre. Ce texte « pour des mesures d’urgence économiques et sociales » présenté par le gouvernement introduit quatre dispositions censées calmer la grogne sur le pouvoir d’achat.