Stop à la grande braderie des actifs publics !

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Parus-Corax [CC BY-SA 4.0]

Le Sénat examine actuellement le projet de loi PACTE sur la croissance et la transformation des entreprises et vient successivement de rejeter la cession de parts détenues par l’État dans deux entreprises (Aéroports de Paris et Française des jeux) puis de l’accepter pour une troisième (Engie).

A cette occasion, Force Ouvrière rappelle son opposition ferme à la cession d’actifs détenus actuellement par l’État dans les entreprises visées qui confirme la volonté du gouvernement d’accélérer le désengagement de l’État tout en ouvrant la voie à de futures privatisations.

Pour FO, cette politique consiste à terme à appauvrir et affaiblir l’État. Elle témoigne d’une vision à courte vue, guidée par de simples considérations budgétaires et dépourvue de clairvoyance stratégique. A cet égard, le bilan calamiteux et le manque à gagner considérable pour les finances publiques associés à la privatisation des sociétés d’autoroute devrait servir utilement de pense bête au gouvernement…

Au-delà de ce volet particulier du texte (qui pour mémoire ne figurait pas dans la version initiale du projet de loi), Force Ouvrière suit attentivement l’évolution de son examen parlementaire et reste mobilisée contre une série de dispositions très préjudiciables (seuils sociaux, forfait social, épargne retraite…). En pleine crise sociale majeure, le projet de loi PACTE apparaît plus encore qu’à sa naissance en totale déconnexion avec les préoccupations économiques et sociales exprimées dans le pays.

Nathalie Homand Secrétaire confédérale au Secteur de l’Economie et du Service Public

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Privatisation de la Française des jeux

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Adoptée dans le cadre de la loi PACTE, comme pour ce qui concerne ADP et Engie, la privatisation de la Française des jeux est en cours. La souscription est lancée aujourd’hui avant son entrée en Bourse prévue le 21 novembre. Cette cession représenterait près de 2 milliards d’euros de recettes.