Tables rondes consacrées à l’intermittence

Communiqué de la FASAP-FO par Arts, spectacle, presse, audiovisuel

Tout au long des tables rondes consacrées à l’« intermittence » qui se sont déroulées en juillet dernier, Force Ouvrière a posé le problème de la précarité grandissante dans les secteurs du spectacle vivant, public et privé, du cinéma, de l’audiovisuel, public et privé et de la prestation technique.

Ces tables rondes s’inscrivent dans une concertation demandée et obtenue par Force Ouvrière lors de la négociation de la nouvelle convention d’assurance chômage.

Pour Force Ouvrière cette précarité est la conséquence des baisses des budgets publics dédiés à la création mais aussi aux pratiques patronales qui recourent de plus en plus massivement aux contrats à durée déterminée, en lieu et place des CDI.

Force ouvrière a rappelé sa revendication du paiement de la totalité des heures travaillées et ainsi de contrats de travail plus longs, du CDI qui doit rester le contrat de référence, du rétablissement des troupes permanentes dramatiques et du maintien des ensembles orchestraux et chorégraphiques.

Lors du groupe de travail du 18 septembre consacré à la protection sociale, Force Ouvrière a rappelé sa revendication du maintien de salaire en cas de maternité, de maladie et d’accident du travail. Ce maintien de salaire permettra également un meilleur accès à la protection sociale. Force Ouvrière a pris acte avec satisfaction de l’accord de principe des employeurs du secteur pour négocier un accord interbranche permettant le maintien de salaire des salariés intermittents confrontés à la maladie, aux accidents du travail et aux salariés intermittentes en congés de maternité.

 Voir en ligne  : FASAP-FO - Site Internet

Arts, spectacle, presse, audiovisuel Secrétaire général

Sur le même sujet

La Cour de cassation donne raison à FO : le CDI intérimaire est illégal

Communiqué de FO par Michel Beaugas

Force Ouvrière se félicite de la décision de la Cour de cassation du 12 juillet 2018, par laquelle la juridiction reconnait que les interlocuteurs sociaux de la branche du travail temporaire n’avaient pas compétence pour créer, dans l’accord du 10 juillet 2013, une nouvelle forme de contrat de travail : le CDI intérimaire.