Téléconférence avec la ministre du Travail

Coronavirus / Covid19 par Yves Veyrier

HAMILTON/REA

La ministre du Travail a réuni les organisations syndicales et patronales, en téléconférence, pour faire le point sur la situation découlant de la pandémie qui sévit actuellement.

Prime

Le Conseil des ministres devrait décider et préciser les modalités de l’élargissement de la prime (plafond passant de 1000 à 2000 €, possibilité de versement jusqu’au 31 août, soumission à consultation CSE ?) pour les salariés mobilisés durant cette période.

A ce sujet les organisations d’employeurs ont à nouveau signifié que la capacité des entreprises de verser en tout ou partie une prime de cette nature serait inégale et proposent que le versement soit possible jusqu’au 31 décembre.

Maintien du salaire et activité partielle

La ministre a confirmé qu’afin d’inciter les entreprises à maintenir les salaires à 100% dans le cas d’activité partielle (au-delà du Smic où c’est déjà le cas), le complément du manque à gagner pour les salariés (dont l’indemnisation prise en charge par l’État est plafonnée à 84 %) serait exonéré de cotisations sociales (part salarié et part employeur).

Forfait jours et activité partielle

La ministre a annoncé un décret dans les jours à venir sur les modalités de conversion des forfaits jours en heures permettant de bénéficier de l’activité partielle au prorata.

Autres questions soulevées

FO, comme annoncé, a alerté la ministre sur les situations de licenciements abusifs en cette période qui nous remontent de nos syndicats et UD, renouvelant sa demande de suspension de toutes les procédures en la matière. Muriel Pénicaud renvoie à la nécessité d’en alerter les services départementaux du Travail pour les cas locaux ou de lui faire connaître les situations plus systématiques si elles se produisent.

FO a également saisi la ministre de l’information sur l’appel par les préfectures au volontariat de travailleurs ayant le statut de réfugié. Un communiqué a été envoyé en ce sens aujourd’hui.

FO a aussi alerté sur les pressions pour une reprise du travail dans les secteurs non essentiels.

Enfin, FO a, à nouveau, alerté sur la situation des assistantes maternelles et salariés des services à la personne à domicile, et enseignants gardant les enfants des personnels soignants concernant la nécessité de mettre à disposition des protections.

De même, elle a aussi mis en avant que devaient être traitées dans la cadre des organisations du travail sécurisées, la question du transport domicile travail et de la restauration.

De même, la question du relèvement du seuil de paiement sans contact par carte bancaire a aussi été soulevée.

Suite à l’intervention de la CPME et l’U2P qui ont soulevé la question d’une insuffisante mobilisation des services de santé au travail, la ministre a renvoyé à la responsabilité des employeurs gérant ces services interentreprises.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Tous les articles du dossier

La santé des salariés avant tout !

Communiqué de la FEC / Banques par Employés et Cadres

FO Banques place au cœur de ses prérogatives d’Organisation Syndicale libre, indépendante et responsable, la défense des intérêts matériels et moraux des Femmes et des Hommes travaillant dans le secteur de la banque et des sociétés financières, et la préservation de leur santé.
FO Banque a réitéré sa (...)

L’hécatombe du Covid-19 parmi les personnes âgées : colère et indignation !

Coronavirus / Covid19 par Didier Hotte

Nos organisations de retraités expriment leurs plus vives appréhensions concernant le bilan humain et les conséquences de la crise sanitaire sans précédent, en particulier chez les personnes âgées. Alors que l’épidémie fait affluer les malades dans les services d’urgence, le matériel de protection des malades et du personnel fait défaut.

Education nationale : les personnels en attente de réponses

L’inFO militante / Education nationale par Evelyne Salamero

L’accueil des élèves dans les écoles et établissement scolaires (collèges et lycées) est suspendu en France métropolitaine depuis lundi 16 mars et jusqu’à nouvel ordre dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus. Mais qu’advient-il des personnels ?