Communiqué de FO

Temps de déplacement des salariés itinérants : la France condamnée pour non-respect du droit européen !

, Frédéric Souillot

Recommander cette page

Par un jugement en date du 18 décembre 2018, suite à une action menée par la Confédération FO, l’État français vient d’être condamné pour ne pas avoir transposé en droit interne la directive « temps de travail » sur la question du temps de déplacement des salariés itinérants.

Pour la CJUE, le temps de déplacement professionnel des salariés itinérants entre le premier et le dernier client de la journée doit être assimilé à du temps de travail effectif. Le droit français ne le prévoit pas ! Si cette assimilation ne joue pas pour les questions de rémunération, celle-ci a pleinement vocation à s’appliquer pour les repos obligatoires, le seuil maximum de la durée quotidienne ou hebdomadaire de travail.

Le tribunal administratif de Paris refuse toutefois, malgré notre demande, d’enjoindre l’État à mettre le droit français en conformité avec la directive 2003/88. Pour le tribunal, la modification de l’article L. 3121-4 du code du travail relève du domaine de la loi et il n’appartient pas au juge administratif d’adresser des injonctions au Parlement. Face à cette condamnation, la balle est désormais dans le camp du législateur…

Les salariés itinérants, qui ne voient pas leur temps de déplacement professionnel assimilé à du temps de travail contrairement à la position de la CJUE, peuvent, en se basant sur la décision du tribunal administratif de Paris, engager dès maintenant une action en responsabilité contre l’État devant le tribunal administratif et demander des dommages et intérêts pour transposition incomplète de la directive temps de travail.

La persévérance syndicale paie toujours.

 

Voir en ligne : Jugement du TA de Paris du 18 décembre 2018

A propos de cet article

Sur l’auteur

Frédéric Souillot

Secrétaire confédéral au Secteur Organisation et Affaires juridiques


  • Organisation
  • Gestion du personnel et IRP (avec Patrick Privat)
  • Droit de la Fonction publique
  • Droit du Travail
  • Contentieux
  • Prud’hommes

Envoyer un message à Frédéric Souillot


Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

17 janvier 1793

La Convention vote la mort de Louis Capet
Au terme d’un débat de trente-six heures, le 17 janvier 1793, la Convention votait par 361 voix contre 360 la mort de Louis Capet, ci-devant roi de France. Cela après avoir successivement reconnu sa culpabilité à une écrasante majorité et rejeté par 424 voix contre 287 la demande présentée par le parti (...)

Au terme d’un débat de trente-six heures, le 17 janvier 1793, la Convention votait par 361 voix contre 360 la mort de Louis Capet, ci-devant roi de France. Cela après avoir successivement reconnu sa culpabilité à une écrasante majorité et rejeté par 424 voix contre 287 la demande présentée par le parti girondin de soumettre la peine infligée à l’intéressé à ratification populaire. Il s’agissait là d’une ultime manœuvre de Vergnaud et ses amis pour éloigner la perspective de l’exécution du coupable.
Le procès avait commencé le 5 décembre 1792. Il était la conséquence logique de la déchéance de la monarchie le 10 août, de la victoire des volontaires de Valmy sur les armées des royautés d’Europe coalisées contre la nation, le 20 septembre, et de la fondation de la République le 22. Il est intervenu après quelques mois d’une détention au Temple, débutée le 13 août. Il a été équitable : Capet a été assisté de trois grands avocats, de Sèze, Tronchet et Malesherbes.