[Théâtre] Eugénie Grandet : quand Balzac dénonçait le « nouveau monde »

Culture par Michel Pourcelot

Le XIXe siècle est bel et bien de retour. Pour ceux qui en doutait, voici Eugénie Grandet ou l’argent domine les lois, la politique et les mœurs, adaptation à la scène du roman de Balzac dénonçant l’emprise de l’argent comme mesure du monde. La pièce sera en juillet au festival off d’Avignon.

e titre de la pièce, Eugénie Grandet ou l’argent domine les lois, la politique et les mœurs, annonce la couleur de... l’argent. Camille de La Guillonnière, qui a signé la mise en scène, estime que dans un monde dominé par le calcul, l’image d’Eugénie Grandet apparaît comme une figure résistante à l’oppression financière. Honoré de Balzac avait publié son roman en 1833, à l’aube du capitalisme triomphant, à l’époque de l’« Enrichissez-vous » comme réponse au mécontentement social. Enrichissez-vous et vous pourrez vous payer le même costume que moi... Enrichissez vous et vous aurez une Rolex avant cinquante ans...

Enrichissez-vous...

Enrichissez-vous, améliorez la condition morale et matérielle de notre France : voilà les vraies innovations ; voilà ce qui donnera satisfaction à cette ardeur de mouvement, à ce besoin de progrès qui caractérise cette nation, des mots prononcés non aujourd’hui, dans notre nouveau monde, mais par le premier ministre en... 1843, François Guizot. Le monde de Balzac n’était autre que le même « nouveau monde » proposé, si ce n’est imposé, aujourd’hui. Pour Camille de La Guillonnière, qui a déjà sérieusement revisité Cendrillon, Balzac est peut-être l’auteur du XIXe siècle à avoir le plus tiré la sonnette d’alarme face au danger que représentait la domination de l’argent pour l’humanité. [...] La déshumanisation par l’argent.

 

Eugénie Grandet ou l’argent domine les lois, la politique et les mœurs, mise en scène par Camille de La Guillonnière, assisté de Frédéric Lapinsonnière, et interprétée par Lara Boric, Hélène Bertrand, Erwann Mozet, Pélagie Papillon, Charles Pommel et Lorine Wolff. Lumières de Luc Muscillo et costumes de Nelly Geyres. Compagnie « Le Temps est incertain mais on joue quand même ».
 Du 6 au 28 juillet 2018, au Grenier à Sel, 2 rue du Rempart Saint-Lazare, 84000 Avignon, dans le cadre du festival off. Relâches les lundis 9, 16 et 23 juillet. Réservations : 04 90 27 09 11.
 2 août 2018, au Festival de Figeac (46).
 Les 10, 11 et 12 octobre 2018, au Théâtre de La Renaissance, à Oullins (69).

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

A plates coutures : des Lejaby mises en pièce

Théâtre par Michel Pourcelot

S’inspirant du très médiatisé conflit à l’entreprise textile Lejaby, la pièce A plates coutures n’ambitionne pas d’en retranscrire à nouveau les arcanes mais de créer un spectacle musical autour des femmes confrontées au monde du travail et cela à travers celles qui ont été frappées par ce drame social. Et aussi de démontrer que les luttes n’excluent pas l’humour.

[Théâtre] Vera : reine au bal des décomplexés, elle glisse

Culture par Michel Pourcelot

Portrait d’une avide ambitieuse. Vera se croit l’une des reines du bal ultra-libéral mais va se prendre les pieds dans le tapis après avoir allègrement piétiné son entourage. Elle va valser et finir en citrouille. Au Théâtre de Paris, à partir du 3 mars 2018, avec Karin Viard et Helena Noguerra.

Work in Regress : pour faire progresser le travail

Festival d’Avignon par Michel Pourcelot

Une pièce qui trouve son origine dans la série de suicides intervenue à France Télécom et qui en arrive à se pencher sur le rapport actuel au travail. Avec des témoignages en nombre, DRH, sociologues, syndicalistes... Et deux questions : le bonheur au travail est-il possible ? Peut-on changer le monde ?