[Théâtre] Fouad dans « Goodbye Wall Street » : la finance mène à tout à condition de...

Culture par Michel Pourcelot

Etre trader ne mène pas qu’aux paradis fiscaux, ou, accessoirement, derrière les barreaux. Fouad peut vous le dire. Il en d’ailleurs fait un « one man show ».

Une vraie pièce de théâtre à moi tout seul, confie-t-il. Trader, il connaît, du moins, il a connu jusqu’en 2012. De Paris à New York, il en a vu bien des aspects et des travers. En incarnant une dizaine de personnages différents, il raconte son vécu : la concurrence exacerbée, les montées en pression, les collègues et patrons sur speedés, les ordinateurs qui se mettent en carafe, le burn-out qui menace. Tout ce que vous imaginez sur Wall Street… est vrai, d’ailleurs, tout ce que je raconte dans le spectacle est vrai, sauf ce qui ne l’est pas, bien sûr ! Concernant la drogue, je n’en ai jamais pris. Comment peut-on se mettre dans le nez quelque chose qui a voyagé 3 000 kilomètres dans le cul d’un Mexicain ?.

Claquettes entre les cours

Comment aussi convaincre son père que l’on va abandonner le métier de trader pour se lancer sur les planches ? C’est dans le spectacle. C’est même le début de ses péripéties dans le monde enchanté de la finance de haut-vol, parfois rythmé de numéros de claquettes, discipline qu’il pratique depuis l’enfance. Ce n’est qu’à l’adolescence qu’il a lâché le théâtre pour les back-offices avant de mieux y revenir. Depuis son départ de Wall Street, on a pu le voir entre autres dans La fève du samedi soir, Don Quichotte ou presque, Couscous aux Lardons et Dans la peau de ma femme. Fouad Reeves fourmille de projets, dont un long-métrage sur un trader (mais pas celui du spectacle) et une mini-série sur des « bras cassés du rugby » sont en projet. La finance mène à tout...

 

Goodbye Wall Street, de Fouad Reeves, interprété par Fouad Reeves. Durée : 1h10.
 Jeudi 17 et mardi 22 mai, à 21h30, au Studio Marie Bell, Théâtre du Gymnase Marie Bell. 38, boulevard de Bonne Nouvelle 75010 Paris. Tarifs : autour de 20 €. Reprise prévue en octobre.
 du 6 au 16 et du 18 au 28 juillet, à 12h20, Salle 3, au Théâtre Le Palace, 38, cours Jean Jaurès 84000 Avignon. Tarifs de 10 à 18 €.Tél. : 04 90 16 42 16

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

A plates coutures : des Lejaby mises en pièce

Théâtre par Michel Pourcelot

S’inspirant du très médiatisé conflit à l’entreprise textile Lejaby, la pièce A plates coutures n’ambitionne pas d’en retranscrire à nouveau les arcanes mais de créer un spectacle musical autour des femmes confrontées au monde du travail et cela à travers celles qui ont été frappées par ce drame social. Et aussi de démontrer que les luttes n’excluent pas l’humour.

[Théâtre] Vera : reine au bal des décomplexés, elle glisse

Culture par Michel Pourcelot

Portrait d’une avide ambitieuse. Vera se croit l’une des reines du bal ultra-libéral mais va se prendre les pieds dans le tapis après avoir allègrement piétiné son entourage. Elle va valser et finir en citrouille. Au Théâtre de Paris, à partir du 3 mars 2018, avec Karin Viard et Helena Noguerra.

Work in Regress : pour faire progresser le travail

Festival d’Avignon par Michel Pourcelot

Une pièce qui trouve son origine dans la série de suicides intervenue à France Télécom et qui en arrive à se pencher sur le rapport actuel au travail. Avec des témoignages en nombre, DRH, sociologues, syndicalistes... Et deux questions : le bonheur au travail est-il possible ? Peut-on changer le monde ?