[Théâtre] Tchekhov fait les trois huit dans le Limousin

Culture par Michel Pourcelot

Au Théâtre de Belleville à Paris, une pièce sur le théâtre et la vraie vie d’aujourd’hui avec du Tchekhov se ressourçant au fin fond du Limousin dans une usine menacée. De quoi vouloir être acteur de sa vie.

Dans une petite ville du Limousin, des comédiens amateurs répètent Oncle Vania de Tchekhov une année durant. Toute la troupe travaille dans l’entreprise de robinetterie locale, dont l’existence est menacée de fermeture, au mieux de rachat, alors qu’elle est implantée localement depuis des lustres, peut-être même depuis l’époque de Tchekhov (1860 -1904). Mais ce serait plus l’épopée de Lip et son expérience de comédien amateur en Lorraine qui ont inspiré l’auteur de Oncle Vania fait les trois huit, Jacques Hadjaje, pour qui Les utopies sont sans cesse à reconstruire.

Artisanat et cheville ouvrière

Si ses personnages, Clara, Evelyne, Colette et Jeanne, Esteban, Pierre et Jeff, sont confrontés à des problèmes qui menacent leurs existences, ils n’en continuent pas moins de s’échiner, contre vents et marées, à monter leur pièce, celle de ce Tchekhov qui dépeignait un monde finissant. C’est peut-être un luxe inutile, mais c’est pourtant ce qui les fait tenir debout. Leur cheville ouvrière. Pour l’auteur, Il n’est ici question que d’artisanat : de la difficulté d’apprendre un texte, des interrogations autour de ce texte, de la construction du décor, de la confection des costumes, mais aussi de bidouille humaine. Et si l’univers ouvrier est la toile de fond, on ne cherche pas à jouer le folklore ouvrier –si tenté qu’il existe – mais on dévoile une trame relationnelle la plus riche possible. Car, explique Jacques Hadjaje, c’est là que la vie s’insinue dans le théâtre. Et que le théâtre permet d’exprimer la vie.

 

Oncle Vania fait les trois huit, pièce écrite par Jacques Hadjaje, mise en scène et réalisée par Anne Didon et Jacques Hadjaje, et interprétée par Ariane Bassery, Isabelle Brochard, Sébastien Desjours, Anne Dolan, Jacques Hadjaje, Delphine Lequenne et Laurent Morteau.
Le 16 février à La Courée, 20 avenue Michel Chartier, 77090 Collégien (Seine-et-Marne).
Du 6 au 31 mars 2019 au Théâtre de Belleville, 94 rue du Faubourg-du-Temple, à Paris. Tel. : 01 48 06 72 34. Site internet : www.theatredebelleville.com
Tarif s de 10 à 25€. Tarifs réduits : ( - de 30 ans, + de 65 ans, étudiants, chômeurs, professionnels du spectacle, enseignants ) : 15€. Tarif jeune ( - de 26 ans) : 10 €.

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

A plates coutures : des Lejaby mises en pièce

Théâtre par Michel Pourcelot

S’inspirant du très médiatisé conflit à l’entreprise textile Lejaby, la pièce A plates coutures n’ambitionne pas d’en retranscrire à nouveau les arcanes mais de créer un spectacle musical autour des femmes confrontées au monde du travail et cela à travers celles qui ont été frappées par ce drame social. Et aussi de démontrer que les luttes n’excluent pas l’humour.

[Théâtre] Vera : reine au bal des décomplexés, elle glisse

Culture par Michel Pourcelot

Portrait d’une avide ambitieuse. Vera se croit l’une des reines du bal ultra-libéral mais va se prendre les pieds dans le tapis après avoir allègrement piétiné son entourage. Elle va valser et finir en citrouille. Au Théâtre de Paris, à partir du 3 mars 2018, avec Karin Viard et Helena Noguerra.

Work in Regress : pour faire progresser le travail

Festival d’Avignon par Michel Pourcelot

Une pièce qui trouve son origine dans la série de suicides intervenue à France Télécom et qui en arrive à se pencher sur le rapport actuel au travail. Avec des témoignages en nombre, DRH, sociologues, syndicalistes... Et deux questions : le bonheur au travail est-il possible ? Peut-on changer le monde ?