Projet de loi PACTE : Quelques préconisations du rapport Notat-Senard

Cogitations par Nadia Djabali

Le projet de loi PACTE doit être transmis au Conseil d’État cette semaine. © HAMILTON / REA

Ce n’est pas à l’entreprise de définir ce qu’est l’intérêt général, ont remarqué de concert Nicole Notat et Jean-Dominique Senard lors de la remise de leur rapport au gouvernement, le vendredi 9 mars. Voilà pourquoi le titre du rapport a évolué de « Entreprise et intérêt général » à « L’entreprise, objet d’intérêt collectif ». Parmi les principales préconisations des coauteurs : l’entrée des enjeux sociaux et environnementaux dans le code civil ; la reconnaissance de l’intérêt propre de l’entreprise, qui est distinct de l’intérêt de ses actionnaires ; si elles souhaitent consacrer une partie de leurs profits à des causes sociales ou environnementales, les entreprises pourront être, sous certaines conditions, des « entreprises à mission ». Le rapport préconise également de renforcer la présence des administrateurs salariés au sein des conseils d’administration et de surveillance des entreprises de plus de 1 000 salariés. À raison d’un administrateur salarié dans les conseils à partir de cinq administrateurs non-salariés ; deux salariés à partir de huit administrateurs non-salariés, et trois salariés à partir de treize non-salariés. 

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Lancement de travaux pour redéfinir le rôle de l’entreprise

Economie par Clarisse Josselin

Le gouvernement a démarré le 5 janvier 2018 au ministère du Travail des travaux sur la vision de l’entreprise dans la société, en présence de quatre ministres et des leaders des organisations syndicales et patronales. À cette occasion, une mission « entreprise et intérêt général » a été lancée.

Projet de loi PACTE : À qui appartient l’entreprise ?

Modification par Nadia Djabali

Le sujet est suffisamment sensible pour qu’en janvier dernier, pas moins de quatre ministres aient cornaqué le lancement des travaux sur la réforme de l’objet social des entreprises. Le 9 mars 2018, Nicole Notat, ancienne dirigeante de la CFDT, et Jean-Dominique Senard, président du groupe Michelin, ont remis au gouvernement un rapport sur le rôle de l’entreprise dans la société. Ses conclusions doivent alimenter la future loi intitulée Plan d’action pour la croissance et la transformation de l’économie (PACTE).

Le public livré au PACTE des loups ?

Revue de presse par  Michel Pourcelot

Une vague de privatisations s’annoncerait, selon les médias, via la loi PACTE (Pacte, Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), qui sera présentée le 18 avril au conseil des ministres. Aperçus dans la presse.