Transports Routiers : Patronat et Gouvernement, même combat ?

Communiqué de la Fédération FO des Transports et logistique par Transports et logistique

L’Unité Syndicale CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC a été reçue hier, mardi 3 mars, par le Secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies suite au courrier adressé par les Organisations Syndicales à Madame Royal en date du 17 février, qui elle-même avait interpellé les acteurs du transport routier dans ce conflit.

Le moins que l’on puisse dire c’est « merci d’être venus, circulez il n’y a rien à voir, je ne vous donnerai pas de réponse, vos doléances seront remontées à Mme Royal ».

Donc, l’Unité Syndicale a rappelé les doléances des OS :

 Le contexte économique, social, environnemental ;
 L’historique des salaires avec les écarts sur le Smic et entre coefficients ;
 L’immobilisme des Organisations Patronales avec des propositions indécentes pour les salariés ;
 Le manque de respect du patronat vis-à-vis du Ministre du Travail, des Organisations Syndicales, du Président de la Commission Mixte Paritaire à qui les propositions faites lors des pseudos négociations n’ont jamais été mises sur papier avec le réel coût pour les entreprises.

L’Unité Syndicale CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC attendait des réponses aux questions posées telles que les aides de l’État, le financement du transport routier, les allégements Fillon… et un positionnement du Gouvernement sur ce conflit.

Ce à quoi le Secrétaire d’État nous a répondu :

« Ce n’est pas au contribuable de payer, il y a un amendement contre le dumping social dans la Loi Macron, l’absence de discussion entre OP/OS n’est pas normale pour construire l’avenir dans les transports car il y a beaucoup d’enjeux.
La seule sortie de crise est la négociation car le Gouvernement ne fixe pas les salaires ».

L’Unité Syndicale n’a pas vocation à faire payer le contribuable, les OP oui.

L’Unité Syndicale s’inquiète du manque de réaction du Gouvernement dans plusieurs domaines de sa compétence. Ce gouvernement a déclaré par la voix de son Premier ministre qu’il aimait l’entreprise. Force est de constater qu’il n’aime que les entreprises et qu’au-delà des effets d’annonces de la Ministre rien ne sera fait pour encourager le dialogue social dans la branche, condamnant ainsi les salariés du secteur à la précarité.

Cela se fait au détriment du statut social des salariés du transport routier, au détriment de l’emploi.

En ce qui concerne les salaires, l’Unité Syndicale devra bel et bien négocier avec le Gouvernement à l’occasion de la revalorisation du Smic en fin d’année 2015 sachant qu’à ce jour 5 coefficients sur 6 sont en dessous de celui-ci.

La question que se pose l’Unité Syndicale est : qui dirige réellement notre pays ?

L’Unité Syndicale CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC maintient son appel à la mobilisation des salariés et à des actions dures à compter du dimanche 15 mars 2015 dès 22h.

 Voir en ligne  : Fédération FO des Transports et logistique

Transports et logistique Secrétaire général

Sur le même sujet

Conflit des routiers : nouvel échec de la négociation

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

La négociation du 26 mars sur les salaires des routiers a échoué. Sur trois fédérations patronales, seule l’OTRE a proposé une seconde augmentation (entre 0,4 et 0,6 % selon les coefficients) en plus de sa première proposition (entre 1,1 et 2,2 %), mais au 1er octobre seulement et à condition qu’entre en (...)

NAO Transport Routier de Marchandises 2020 : la grande désillusion, une nouvelle fois !

Fédération FO Transports par Transports et logistique

Alors que les résultats des entreprises du Transport Routier de Marchandises (TRM) ont été plus qu’excellents en 2019, que l’ensemble de la chaîne du transport routier (la deuxième ligne) a répondu présent lors de la première vague de la Covid-19, que nous avons toujours un très gros problème d’attractivité dans les métiers du transport par route.

Salaires : les routiers prêts à relancer les blocages le 15 mars

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin

Sans reprise des négociations salariales, les chauffeurs routiers seront en grève illimitée avec des actions dures, à l’appel d’une intersyndicale dont FO fait partie. Le dialogue avait été rompu le 9 février, sur des propositions patronales insuffisantes.
Dans la continuité de la mobilisation de (...)