Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Travail dominical : douze week-ends par an sans garantie de contreparties pour les salariés

Événement par  Mathieu Lapprand

Le projet de loi Macron prévoit l’extension du travail du dimanche. @ F. BLANC / FO HEBDO

Le volet travail dominical du projet de loi Macron a été adopté par la commission spéciale du Parlement. Après la loi Maillé de 2008, qui avait vu l’OIT, sur saisie de FO, contester au gouvernement de l’époque la compatibilité de sa loi avec les conventions internationales, le gouvernement actuel semble prêt à prendre les mêmes risques.

La commission a voté la possibilité offerte aux maires de fixer le nombre d’ouvertures dominicales entre 0 et 12 chaque année, bien qu’une députée ait fait observer la transformation que cette augmentation induisait : « 12 dimanches sur 52, le travail le dimanche ne sera plus une exception mais une habitude. »

En plus des dérogations préfectorales, trois types de zones sont créées, ouvrant droit à des exceptions au travail dominical. Les zones touristiques (ZT) et les zones commerciales (ZC) remplacent les « périmètres d’usage de consommation exceptionnel » (PUCE) et pourront ouvrir chaque dimanche. Définis dans la loi Maillé, les PUCE « ont disparu, et avec eux la restriction de ces zones aux agglomérations de plus d’un million d’habitants », rappelle Didier Porte, Secrétaire confédéral de FO chargé du secteur juridique.

FO revendique l’instauration d’un plancher de contreparties

La création des zones touristiques internationales (ZTI) donne la possibilité d’ouvrir les magasins tous les dimanches, mais crée également la notion de « travail de soirée », qui permet de contourner certaines dispositions du Code du travail encadrant le travail de nuit. Didier Porte rappelle la revendication de FO, à savoir que « le travail en soirée soit un critère de pénibilité comme le travail de nuit ». Par ailleurs, l’incertitude domine sur le périmètre exact que ces zones pourraient couvrir, les modalités d’application seront fixées par décret et les critères et définitions sont délibérément flous.

Enfin concernant les contreparties au travail le dimanche, FO demande l’instauration d’un plancher de contreparties qui assurerait non seulement le doublement de la rémunération, mais également l’attribution d’un repos compensateur équivalent. En effet, seules les autorisations préfectorales données à la suite d’une décision unilatérale de l’employeur ouvriront droit à ces deux contreparties, la loi ne prévoyant aucun plancher. 

 Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

De 0 à 52 dimanches travaillés, c’est la généralisation du travail du dimanche

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

Beaucoup d’agitation autour des 12 dimanches, mais la réalité est tout autre. 12 dimanches, c’est déjà quasi un quart des dimanches travaillés et plus du double de la situation actuelle (les 5 dimanches du Maire). C’est-à-dire, l’exception permanente du travail dominical !
Cette proposition est (...)

Jean-Claude Mailly : « Je comprends les salariés de Sanofi »

RFI | Mardi 24 février 2015 par Jean-Claude Mailly

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, commente la réforme du dialogue social en France et les chiffres du chômage de janvier. « J’ose espérer que le gouvernement ne va pas reprendre quasi-totalement le texte qui est allé à l’échec », lâche t-il sur RFI. « S’il s’amusait à ça, ce serait (...)

Ouverture des magasins le dimanche

Durée du travail par Secteur juridique

Alors que le projet de loi Macron tente de réglementer le travail dominical et a des difficultés à passer devant l’assemblée nationale, la cour d’appel de Versailles, dans un arrêt du 12 février 2015 vient de condamner la société Bricorama à liquider une astreinte provisoire de 500 000 € pour avoir ouvert (...)

Extension de la Macron-vision

Revue de presse par  Michel Pourcelot

Le projet de loi croissance et activité, dit projet de loi Macron, adopté par le Sénat le 12 mai 2015, devra prochainement passer en commission mixte paritaire. Au vu des médias, la perspective de cette « loi Macron » a inspiré, dans l’enceinte sénatoriale, encore plus de visions de déréglementations. Revue de presse de ces derniers jours.