Communiqué de FO

Uber rattrapée par le droit du travail

, Béatrice Clicq

Recommander cette page

Manifestation des chauffeurs VTC à l’appel du syndicat FO-Capa VTC pour demander notamment l’application de la loi Grandguillaume votée en décembre 2016. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

L’effet produit par la récente décision de la Cour de Cassation dans l’affaire Take Eat Easy n’a pas tardé à se faire ressentir. Uber, l’entreprise la plus emblématique du rapport des plateformes au droit du travail vient d’être touchée par une décision de la Cour d’Appel de Paris qui requalifie le lien entre Uber et l’un de ses anciens chauffeurs en contrat de travail.

Aux motifs que le plaignant ne pouvait être considéré comme indépendant, la Cour d’Appel a établi qu’un faisceau suffisant d’indices permettait de conclure que le contrat de partenariat signé avec Uber s’analyse en un contrat de travail. Elle renvoie donc l’affaire devant le Conseil des Prud’hommes de Paris, seul compétent à traiter des litiges entre employeur… et salarié.

Force Ouvrière ne peut que se féliciter de cette décision. Par ce jugement, la Cour d’Appel confirme l’intégralité des positions tenues depuis toujours par notre organisation. Loin de satisfaire aux aspirations d’indépendance de leurs travailleurs, libérées de toutes contraintes juridiques inhérentes au salariat, les plateformes comme Uber imposent un lien de subordination plus étouffant encore qu’une entreprise lambda.

Force Ouvrière porte les revendications des chauffeurs VTC, et a réclamé de nombreuses améliorations de leurs conditions de travail dans un courrier adressé au Premier ministre. Parmi elles, l’application d’un tarif minimum, un contrôle des documents pour exercer la fonction de VTC et l’interdiction rapide de l’application City GO, qui crée une concurrence déloyale. FO appelle donc à l’ouverture urgente d’une négociation interministérielle, sous peine d’une explosion sociale sans précédent dans ce secteur.

FO réaffirme plus largement son engagement et son soutien le plus total aux travailleurs des plateformes, et les appelle à envisager leur représentation. Car c’est désormais la question de la négociation de leurs droits qui va se poser (contrat de travail, fiche de paye, convention collective…). De fait, notre organisation saura volontiers répondre à leurs besoins.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Béatrice Clicq

Secrétaire confédérale au Secteur de l’Egalité et du Développement durable


  • Egalité Femme/Homme et lutte contre les discriminations
  • Politique confédérale pour les Cadres (en lien avec l’UCI) et les Jeunes
  • Numérique, Organisation du Travail, Economie sociale et solidaire
  • Développement durable

Envoyer un message à Béatrice Clicq

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 18 février de 20h40 à 21h00

    RFI
    Yves Veyrier sera invité, en direct, dans l’émission « Le débat du jour », animée par Guillaume (...)

Éphéméride

18 février 1796

En France, suppression de l’assignat, qui ne valait presque plus rien (moins que le prix du papier) et fut remplacé un mois plus tard par des mandats territoriaux gagés sur les biens nationaux non encore vendus. Démentant l’espoir mis en lui, le nouveau papier s’effondre encore plus vite que (...)

En France, suppression de l’assignat, qui ne valait presque plus rien (moins que le prix du papier) et fut remplacé un mois plus tard par des mandats territoriaux gagés sur les biens nationaux non encore vendus. Démentant l’espoir mis en lui, le nouveau papier s’effondre encore plus vite que l’assignat : le 4 février 1797, le mandat est démonétisé, les impôts devant être acquittés en numéraire.