Contacts

Unions départementales FO

Recommander cette page

Liste des
UD FO

 
Des implantations syndicales réparties sur tout le territoire (métropole et DOM TOM avec 105 Unions Départementales) et regroupés au sein de la Confédération Force Ouvrière.

france 75 - Paris93 - Seine-St-Denis94 - Val-de-Marne92 - Hauts-de-Seine62 - Pas-de-Calais59 - Nord80 - Somme60 - Oise02 - Aisne76 - Seine-Maritime08 - Ardennes50 - Manche 14 - Calvados27 - Eure95 - Val-D'Oise77 - Seine-et-Marne78 - Yvelines91 - Essonne29 - Finistère22 - Côtes d'Armor56 - Morbihan61 - Orne53 - Mayenne72 - Sarthe28 - Eure-et-Loir41 - Loir-et-Cher45 - Loiret51 - Marne 55 - Meuse54 - Meurthe-et-Moselle57 - Moselle67 - Bas-Rhin44 - Loire-Atlantique49 - Maine-et-Loire35 - Ille-et-Vilaine89 - Yonne10 - Aube52 - Haute-Marne88 - Vosges68 - Haut-Rhin 90 - Terr. de Belfort85 - Vendée79 - Deux-Sèvres86 - Vienne37 - Indre-et-Loire36 - Indre18 - Cher58 - Nièvre21 - Côte-d'Or 70 - Haute-Saône25 - Doubs39 - Jura71 - Saône-et-Loire17 - Charente-Maritime16 - Charente87 - Haute-Vienne  87 - Haute-Vienne  87 - Haute-Vienne23 - Creuse 03 - Allier33 - Gironde24 - Dordogne19 - Corrèze63 - Puy-de-Dôme42 - Loire69 - Rhône01 - Ain 74 - Haute-Savoie73 - Savoie40 - Landes47 - Lot-et-Garonne64 - Pyrénées-Atlantiques65 - Hautes-Pyrénées32 - Gers31 - Haute-Garonne82 - Tarn-et-Garonne46 - Lot 09 - Ariège66 - Pyrénées-Orientales11 - Aude81 - Tarn15 - Cantal12 - Aveyron34 - Hérault 48 - Lozère43 - Haute-Loire38 - Isère30 - Gard07 - Ardèche13 - Bouches-du-Rhône84 - Vaucluse26 - Drôme 05 - Hautes-Alpes04 - Alpes-de-Haute-Provence06 - Alpes-Maritimes83 - Var20B - Haute-Corse20A - Corse-du-Sud

UD FO 01 AIN

UD FO 02 AISNE

UD FO 03 ALLIER

UD FO 04 ALPES DE HAUTE PROVENCE

UD FO 05 HAUTES-ALPES

UD FO 06 ALPES-MARITIMES

UD FO 07 ARDECHE

UD FO 08 ARDENNES

UD FO 09 ARIEGE

UD FO 10 AUBE

UD FO 11 AUDE

UD FO 12 AVEYRON

UD FO 13 BOUCHES DU RHONE

UD FO 14 CALVADOS

UD FO 15 CANTAL

UD FO 16 CHARENTE

UD FO 17 CHARENTE-MARITIME

UD FO 18 CHER

UD FO 19 CORREZE

UD FO 20A CORSE DU SUD

UD FO 20B HAUTE-CORSE

UD FO 21 COTE D’OR

UD FO 22 COTES D’ARMOR

UD FO 23 CREUSE

UD FO 24 DORDOGNE

UD FO 25 DOUBS

UD FO 26 DROME

UD FO 27 EURE

UD FO 28 EURE ET LOIR

UD FO 29 FINISTERE

UD FO 30 GARD

UD FO 31 HAUTE-GARONNE

UD FO 32 GERS

UD FO 33 GIRONDE

UD FO 34 HERAULT

UD FO 35 ILLE ET VILAINE

UD FO 36 INDRE

UD FO 37 INDRE ET LOIRE

UD FO 38 ISERE

UD FO 39 JURA

UD FO 40 LANDES

UD FO 41 LOIR-ET-CHER

UD FO 42 LOIRE

UD FO 43 HAUTE-LOIRE

UD FO 44 LOIRE-ATLANTIQUE

UD FO 45 LOIRET

UD FO 46 LOT

UD FO 47 LOT-ET-GARONNE

UD FO 48 LOZERE

UD FO 49 MAINE-ET-LOIRE

UD FO 50 MANCHE

UD FO 51 MARNE

UD FO 52 HAUTE-MARNE

UD FO 53 MAYENNE

UD FO 54 MEURTHE ET MOSELLE

UD FO 55 MEUSE

UD FO 56 MORBIHAN

UD FO 57 MOSELLE

UD FO 58 NIEVRE

UD FO 59 NORD

UD FO 60 OISE

UD FO 61 ORNE

UD FO 62 PAS-DE-CALAIS

UD FO 63 PUY-DE-DOME

UD FO 64 PYRENEES-ATLANTIQUES

UD FO 65 HAUTES-PYRENEES

UD FO 66 PYRENEES-ORIENTALES

UD FO 67 BAS-RHIN

UD FO 68 HAUT-RHIN

UD FO 69 RHONE

UD FO 70 HAUTE-SAONE

UD FO 71 SAONE-ET-LOIRE

UD FO 72 SARTHE

UD FO 73 SAVOIE

UD FO 74 HAUTE-SAVOIE

UD FO 75 PARIS

UD FO 76 SEINE-MARITIME

UD FO 77 SEINE-ET-MARNE

UD FO 78 YVELINES

UD FO 79 DEUX-SEVRES

UD FO 80 SOMME

UD FO 81 TARN

UD FO 82 TARN-ET-GARONNE

UD FO 83 VAR

UD FO 84 VAUCLUSE

UD FO 85 VENDÉE

UD FO 86 VIENNE

UD FO 87 HAUTE-VIENNE

UD FO 88 VOSGES

UD FO 89 YONNE

UD FO 90 TERRITOIRE DE BELFORT

UD FO 91 ESSONNE

UD FO 92 HAUTS-DE-SEINE

UD FO 93 SEINE-SAINT-DENIS

UD FO 94 VAL-DE-MARNE

UD FO 95 VAL-D’OISE

UD FO 971 GUADELOUPE

UD FO 972 MARTINIQUE

UD FO 973 GUYANE

UD FO 974 LA REUNION

UD FO 975 SAINT-PIERRE ET MIQUELON

UD FO 976 MAYOTTE (Océan Indien)

UD FO NC UNION TERRITORIALE NOUVELLE CALEDONIE

UD FO PF POLYNESIE FRANCAISE CSTP FO

UD FO WALLIS ET FUTUNA

 

A propos de cet article

En complément

Mes droits

Une question ? Une réponse

Éphéméride

21 mars 1884

Les syndicats deviennent légaux
Dans la foulée des grandes lois démocratiques sur l’école laïque et sur la liberté de la presse, la République se rend à l’évidence et renonce à mettre hors la loi un mouvement qui, de toute façon, s’exprimera. Après le traumatisme engendré par les massacres de mai 1871, le mouvement ouvrier reprend (...)

Dans la foulée des grandes lois démocratiques sur l’école laïque et sur la liberté de la presse, la République se rend à l’évidence et renonce à mettre hors la loi un mouvement qui, de toute façon, s’exprimera. 

Après le traumatisme engendré par les massacres de mai 1871, le mouvement ouvrier reprend progressivement de l’ampleur. 

En 1872, le gouvernement dissout le Cercle de l’Union ouvrière de Paris qui réunit quinze chambres syndicales. Pour faire face à la multiplication des grèves, le pouvoir accepte enfin l’abrogation de la loi Le Chapelier et des articles du Code pénal napoléonien contre les coalitions, qui interdisaient depuis 1791 le principe même des associations de défense des « prétendus intérêts communs » des ouvriers. 

Jules Ferry est l’initiateur, dès 1880, d’un projet de texte législatif, autorisant les syndicats (ouvriers et patronaux). Mais, confronté aux multiples tentatives d’enlisement menées par les députés les plus conservateurs, ce n’est qu’à l’issue de quatre ans de bataille parlementaire que Waldeck-Rousseau, alors ministre de l’Intérieur du second gouvernement Ferry, pourra, enfin, faire voter la loi du 21 mars 1884. Elle soumet le fonctionnement des syndicats à des règles strictes. Elle marque cependant le point de départ pour de nouvelles étapes : l’organisation des salariés peut désormais se développer au grand jour, mais à l’extérieur des ateliers et usines, les syndicats restant interdits sur les lieux de travail. Il n’est également pas question d’autoriser les syndicats dans la fonction publique. 

« Les syndicats ou associations professionnelles, même de plus de vingt personnes, exerçant la même profession, des métiers similaires ou des professions connexes concourant à l’établissement de produits déterminés, pourront se constituer librement sans l’autorisation du gouvernement » affirme cette loi, qui accorde également à ces syndicats professionnels « le droit d’ester en justice », de disposer du produit de leurs cotisations, d’acquérir les immeubles nécessaires à leur activité, de constituer des caisses de secours mutuels ou de retraites. Ces syndicats professionnels peuvent, certes, former des unions de syndicats, mais ces unions ne peuvent, elles, ni posséder d’immeubles, ni entamer des actions en justice. Enfin, obligation est faite à ces syndicats de déposer leurs statuts et d’indiquer les noms de leurs dirigeants, qui devront impérativement être français et jouir de leurs droits civils. 

Ces nombreuses contraintes ont pesé lourd. La généralisation des syndicats professionnels espérée par Jules Ferry et Waldeck-Rousseau a été beaucoup plus lente que prévu. Essor bien évidemment freiné par le patronat qui multiplie les menaces sur les ouvriers pour retarder l’application de la loi. 

Face à cette offensive en règle, les dirigeants ouvriers sont divisés, avec d’un côté, les défenseurs d’un syndicalisme indépendant, et de l’autre, les"guesdistes", pour qui la lutte a une finalité essentiellement politique. Ces derniers ne veulent voir, du moins dans un premier temps, dans la loi de 1884 qu’une tentative de récupération et d’intégration du mouvement ouvrier. Une fédération nationale des Syndicats est créée à Lyon en octobre 1886 mais les rivalités en son sein entre"guesdistes"et"possibilistes"diminueront son influence. Elle sera concurrencée en 1892 par la fédération des Bourses du Travail. Ces divisions sont mal vécues par la classe ouvrière. Cette dernière impose dès 1893 un processus de rapprochement entre les deux organisations qui aboutira deux ans plus tard à la constitution de la première centrale syndicale, la Confédération générale du Travail.