Un accord sur le temps de travail est-il inopposable aux salariés en l’absence de consultation annuelle du CSE ?

Durée du travail par Secteur juridique

© HAMILTON/REA

Dans un arrêt, en date du 18 septembre 2019 (n°17-31274), la chambre sociale de la Cour de cassation décide que le défaut de consultation annuelle du comité d’entreprise sur les décisions de l’employeur portant sur l’aménagement du temps de travail ou la durée du travail, exigée au titre des missions de cet organe concernant la politique sociale de l’entreprise, les conditions de travail et l’emploi, qui peut être sanctionné selon les règles régissant le fonctionnement du comité d’entreprise, n’a pas pour effet d’entraîner l’inopposabilité de l’accord de modulation à l’ensemble des salariés de la société.

L’article L 2312-26 du code du travail impose une consultation annuelle du CSE sur l’aménagement du temps de travail.

Si, depuis la loi Rebsamen du 17 août 2015, les projets d’accord collectif, leur révision ou leur négociation ne sont plus soumis à l’avis du comité d’entreprise, il n’en demeure pas moins que le CSE doit toujours être consulté annuellement sur la politique sociale de l’entreprise portant notamment sur l’aménagement du temps de travail et la durée du travail.

La suppression de cette consultation du CE ou du CSE ne concerne que le projet d’accord collectif et non ses mesures d’application : dans la mesure où celles-ci impliqueraient une consultation du CE ou du CSE, celui-ci doit continuer à être consulté.

Toutefois, pour la Cour de cassation, ce défaut de consultation annuelle du CE ou du CSE ne permet pas à un salarié de revendiquer l’inopposabilité d’un accord de modulation faute d’une telle consultation.

Le défaut de consultation annuelle ne peut être sanctionné qu’au titre des règles régissant le fonctionnement du CE ou du CSE, celui-ci pouvant demander une indemnisation de son préjudice devant le TGI.

Dans une telle situation, le CE ou le CSE peut également envisager une action pour délit d’entrave.

Sur le même sujet

Projet de loi Rebsamen sur le dialogue social : le patronat satisfait !

L’InFO des CE - Bulletin n°17 - Juin 2015 par Secteur juridique

Après l’échec en janvier dernier de la négociation nationale interprofessionnelle sur la « qualité et l’efficacité du dialogue social et l’amélioration de la représentation des salariés » en raison des exigences rétrogrades exorbitantes du patronat, le gouvernement a repris la main et a présenté ce 22 avril un projet de loi qui lui donne de nombreux satisfecit.

Impacts des nouveaux textes sur le régime juridique du Comité social et économique

Les dossiers CE par Karen Gournay, Secteur Comité social et économique (CSE), Comité de groupe et Comité d’entreprise européen (CEE)

Avec l’ordonnance n°2017-1386 du 22 septembre 2017, le paysage des instances représentatives du personnel (IRP) a été profondément bouleversé, compte tenu de la disparition prochaine des instances actuelles que sont le comité d’entreprise, les délégués du personnel et le CHSCT, au profit du comité social et économique (CSE).

Consultation du CE et délai préfix : le débat reste ouvert… !

Vos droits par Secteur juridique

Le 21 septembre 2016, la Cour de cassation précisait, à propos de l’incidence d’une saisine du juge sur le délai de consultation du comité d’entreprise (CE), que cette saisine n’interrompait pas le délai de consultation, si bien que le juge ne pouvait plus se prononcer sur les demandes d’un CE lorsqu’au jour où il statue le délai de consultation du CE était expiré (Cass. soc., 21-9-16, n°15-16363, PBI).

Abattoir Ster-Goz : les conditions de travail au cœur du combat des salariés

InFO militante par L’Info Militante

La lutte syndicale, rude et sans accalmie, c’est leur quotidien depuis des années. Pour la cinquantaine de salariés du site Ster-Goz (découpe de viande) de Bannalec dans le Finistère, la dernière affaire en date, portant cette fois sur l’intéressement, est une nouvelle illustration de la difficulté à obtenir gain de cause sur les revendications, notamment les conditions de travail.