Un accord trop « secret » sur le projet de directive secrets d’affaires

Europe par Secteur Europe - International

Le 28 novembre 2013, la Commission européenne déposait une proposition de directive sur le secret d’affaires. Un an plus tard, le même projet – plus criminalisant encore – apparaissait dans le corps de la loi Macron. Si le second texte n’a pas vu le jour, la proposition européenne a continué son chemin.

Lettre électronique N°32
PDF - 954.4 ko

Le Corporate european observatory a récemment publié un rapport qui met à jour les liens étroits entretenus par la Commission européenne et les lobbys des grandes entreprises européennes (Rapport du COE, Toward legalised corporate secrecy in the EU ?). Le rapport fourmille également d’exemples de contentieux du travail aux États-Unis, où la législation protectrice du secret d’affaires a fait des ravages (actions d’un employeur en réclamation de la propriété du « réseau social » internet constitué par une salariée pendant la durée de la relation d’emploi ; actions d’ex-salariés contre un employeur ayant espionné leur correspondance privée aux fins de protection contre la divulgation de secrets d’affaires à la concurrence…).

Fin décembre 2015, une quatrième réunion du « trilogue » réunissant des représentants de la Commission, du Conseil et du Parlement européens, a abouti sur un accord ; ce texte (non public) devra maintenant repasser devant la Commission des affaires juridiques au Parlement européen. Il ne sera pas adopté avant plusieurs mois.


FORCE OUVRIÈRE a déjà dénoncé les risques que faisaient peser ce projet de directive sur les libertés individuelles et collectives (voir Lettre électronique n°27 et appel au Gouvernement français, signé par FO-Cadres). Pour FO, il s’agit d’un projet inutile, dangereux et attentatoire aux droits des représentants des salariés (information-consultation) comme à ceux des salariés eux-mêmes (mobilité professionnelle, liberté d’expression et protection de la vie privée). Ces menaces touchent au coeur de métier quand les mesures envisagées affectent le corps journalistique et leur droit d’investigation.

Sur le même sujet

A qui sert la dette ?

InFOéco n°100 du 17 février 2015 par Pascal Pavageau

Le 25 janvier, les élections législatives grecques ont rendu leur verdict. Avec ce résultat, de fait, le peuple grec a notamment signifié son rejet de la troïka (l’UE, la BCE et le FMI) et celui de son programme mortifère de politiques d’austérité et de réformes structurelles particulièrement brutales. (...)

Institutions européennes et multinationales : le grand mercato

Conflits d’intérêts par Nadia Djabali

Que font les hommes politiques et les fonctionnaires de l’Union européenne après leur passage à Bruxelles ? Un rapport de l’ONG Transparency International répond en partie à cette question. L’organisation non gouvernementale a analysé le parcours professionnel de 485 anciens membres du Parlement européen et de 27 commissaires en fonction dans les commissions Barroso I (2004 à 2009) et II ( 2010-2014).

La traite humaine en Libye : une atteinte inexcusable aux droits fondamentaux et une politique migratoire européenne en défaut

International par Secteur Europe - International

Après la diffusion d’images par le média américain CNN le 14 novembre dernier de jeunes migrants venant d’Afrique subsaharienne traités comme des esclaves et vendus comme tel, la communauté internationale a vivement réagi et condamné cette traite humaine et la présence de nombreux marchés d’esclaves (...)