Éditoriaux du Secrétaire général de FO

Pascal Pavageau : « Un an de bilan social : en marche arrière toute »

, Pascal Pavageau

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Dire que les contre-réformes de ces derniers mois relèvent toutes d’une même logique – le recul de tous au bénéfice de quelques-uns – n’est pas un procès d’intention mais un constat. Celui d’une politique pensée pour une minorité, les « premiers de cordées », et qui laisse de côté la grande majorité que sont les « derniers de corvée ».

Réforme de l’ISF, suppression annoncée de l’exit tax, gel des pensions de retraite et du point d’indice, hausse de la CSG, baisse des APL, pour ne citer qu’elles. En un an, les différentes politiques du gouvernement ont distribué plus de 11 milliards d’euros aux 10% les plus riches, là où les 90% restants ont perdu 24 milliards en pouvoir d’achat comme en aides publiques et sociales. C’est le choix d’une société profondément inégalitaire qui est fait.

Un choix qui est aussi celui de l’individualisation : une vision quasi-philosophique du « chacun pour soi », avec comme corollaire de moindres garanties et droits collectifs. A l’heure où l’auto-entreprenariat sous toutes ses formes devient le sésame de l’accès à l’emploi pour des travailleurs enjoints de trouver des clients faute de trouver un travail, la précarisation ne cesse de s’accroître pour ces actifs livrés à eux-mêmes. Et c’est au détriment des valeurs d’égalité et de solidarité que cette logique conduit à une bipolarisation entre ceux qui réussissent – qui en ont les moyens, la capacité ou la chance – et tous les autres.

Là où l’intérêt général impose une meilleure redistribution, l’art de la communication ne suffit pas. Là où la puissance publique se doit d’assurer l’égalité des droits, promouvoir l’égalité des chances et la réussite au mérite relève de l’écran de fumée. Parce que nous ne voyons que trop clair dans ce soi-disant nouveau monde qui se dessine, la défense du collectif est la meilleure réponse à l’individualisation grandissante, qui menace notre cohésion sociale et républicaine.

La démocratie sociale exige de donner toute leur place aux interlocuteurs sociaux et de ne pas substituer à la négociation un semblant de concertation. Aussi, Force Ouvrière est déterminée à faire entendre, à tous les niveaux, la voix des travailleurs qu’elle représente. Parce qu’il est de notre rôle comme de notre responsabilité d’agir et de se mobiliser pour défendre les valeurs qui sont le fondement et la fierté de notre modèle social.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Pascal Pavageau

SECRETARIAT GENERAL


Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
Organisation dont les Outre-mer
Représentation de la Confédération et expression publique
Relations internationales
Responsable du dialogue social, des relations avec le personnel de la Confédération et des Ressources Humaines
Union Confédérale des Retraités (UCR)


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux du Secrétaire général de FO »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 25 mai à 10h45 au 28 mai à 10h50

    L’AFOC sur France 3
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 28 mai de 08h10 à 08h15

    L’AFOC sur France Ô
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 28 mai de 19h30 à 20h00

    LCI
    Pascal Pavageau sera l’invité de David Pujadas

Éphéméride

26 mai 1904

Une étrange tentation de corruption
Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des (...)

Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des patrons, Manot, comprit aussitôt la provocation suspecte. Toutefois, il accepta les 50.000 francs qu’il versa aussitôt à la caisse du syndicat. Les entrepreneurs provocateurs n’eurent pas la grève qui camouflait, en vérité, un marchandage.
En revanche, le procureur de la République ouvrit une information judiciaire contre « les auteurs de la corruption qui furent poursuivis pour avoir à l’aide de manœuvres frauduleuses, tentés d’amener une cessation concertée du travail sur les quais de Marseille ».
Démasqués, les entrepreneurs coupables de corruption, décidèrent cyniquement d’attaquer Manot en diffamation !